Yoga

Éclat de lune apaisant : Chandra Namaskar

« ], « filter »: { « nextExceptions »: « img, blockquote, div », « nextContainsExceptions »: « img, blockquote, a.btn, ao-button »} } »>

C’est peut-être le reflet de notre culture américaine multi-tâches, axée sur le renforcement des forces et axée sur la destination, que la séquence la plus omniprésente dans notre pratique collective du yoga est l’ultime générateur de chaleur, la salutation au soleil.

Le nom sanskrit de la séquence, Surya Namaskar, se traduit littéralement par « s’incliner devant le soleil ». Lorsque vous levez les bras puis vous inclinez, vous allongez en avant puis sautez en arrière, vous commencez à incarner la chaleur de l’énergie solaire. Vous étirez, renforcez et réchauffez tout votre être de l’intérieur vers l’extérieur.

Mais les jours où vous vous sentez épuisé, surstimulé ou surchauffé, il est utile de savoir que Surya Namaskar a une séquence sœur apaisante connue sous le nom de Chandra Namaskar, ou Salutation à la Lune. Comme son nom l’indique, Chandra Namaskar est une séquence apaisante qui vous invite à reconnaître et à cultiver l’énergie lunaire apaisante et rafraîchissante de la lune.

Une ancienne compréhension de la lune

Une autre raison pour laquelle Chandra Namaskar n’est pas aussi connu que Surya Namaskar est qu’il n’existe pas depuis aussi longtemps. On pense que cette séquence est une invention de la fin du 20e siècle. La Bihar School, une école de yoga fondée en Inde dans les années 1960, a publié pour la première fois la séquence dans Asana Pranayama Mudra Bandha en 1969. D’autres variantes de la séquence existent, dont une créée par le Kripalu Center for Yoga & Health dans les années 1980.

Mais l’idée de se tourner vers la Lune pour se ressourcer n’est certainement pas nouvelle. Le Shiva Samhita, un texte tantrique vieux de 500 ans, considérait la lune comme la source de l’immortalité. Dans Le corps alchimique, David Gordon White, professeur d’études religieuses à l’Université de Californie à Santa Barbara, décrit comment les pratiquants du Tantra (une forme de yoga qui a précédé le hatha yoga) croyaient que le « soleil » était situé dans le plexus solaire ; la « lune » au sommet de la tête.

On pensait que la lune contenait de l’amrita, « l’étoffe de la lune macrocosmique, le nectar divin de l’immortalité », qui « se déverse dans le monde sous la forme d’une pluie vivifiante ». Même si l’élément ardent du soleil était important pour déclencher le processus yogique, sa chaleur, avec le temps, provoquerait le vieillissement, la décomposition et la mort. Pour inverser ce processus, les yogis pratiquaient des pratiques spécifiques, telles que des inversions ou des mudras (serrures ou sceaux), pour à la fois préserver et produire l’amrita. On pensait que l’acte de se retourner attirait les fluides vitaux des chakras inférieurs jusqu’à la couronne, où ils seraient transformés en amrita (également appelé soma).

Surya Namaskar réchauffe votre corps et cultive un feu interne. Chandra Namaskar rafraîchit votre corps et vous apprend à reconstituer votre énergie vitale. « Il est entendu que nous pouvons créer du soma en nous-mêmes. Il est cultivé par la méditation et par la sadhana lunaire [practice] », dit Réa.

Entrez dans le groove

Les textes yogiques reconnaissent depuis longtemps que le corps possède à la fois des énergies de chauffage et de refroidissement et que le yoga (les poses physiques) et le pranayama (le travail respiratoire) peuvent aider à les amener dans une harmonie équilibrée. Cela fait partie de la préparation du corps à la conscience de soi, explique Shiva Rea, le créateur de Prana Flow Yoga. Après de nombreuses années de pratique « solaire » intense, une pratique régulière de Chandra Namaskar l’a changée. « Sur le plan personnel, Chandra Namaskar m’a vraiment aidée à devenir une yogini à spectre plus complet », dit-elle. «Nous ressentons tous ce flux et reflux dans notre énergie, et maintenant j’apprécie totalement les deux côtés. Au lieu d’avoir l’impression qu’avoir peu d’énergie est une déception, je vois maintenant cela comme une énergie plus méditative.

Dans la version de Chandra Namaskar de Rea, les poses ne sont pas tout à fait différentes de celles de Surya Namaskar. Mais l’intention, le rythme et la qualité du mouvement sont complètement différents. Pour soutenir votre intention de cultiver l’énergie lunaire, Rea suggère de prendre le temps de créer consciemment l’ambiance de votre pratique. Si vous le pouvez, placez-vous de manière à voir la lune ou, lorsque le temps le permet, entraînez-vous à l’extérieur le soir. Si vous êtes à l’intérieur, gardez les lumières faibles, allumez quelques bougies et créez une atmosphère semblable à celle d’un ventre maternel. Une musique apaisante peut également aider à donner le bon ton. Expérimentez pour trouver ce qui fonctionne pour vous.

Commencez votre pratique par une courte méditation, comme celle de la page 78, pour cultiver votre connexion avec la lune. Attirez votre attention vers l’intérieur, invitant un sentiment de réceptivité dans votre pratique. Pour améliorer votre concentration intérieure, vous pouvez répéter un chant lunaire traditionnel, Om somala namaha, en passant de pose en pose.

Portez une attention particulière à la qualité de chaque mouvement. Au lieu de bouger rapidement, de sauter dans et hors des poses, déplacez-vous lentement, comme si vous vous déplaciez dans l’eau. Vous pouvez également ajouter du mouvement spontané dans les formes des poses. Par exemple, au lieu d’appuyer immédiatement sur Cobra Pose, qui est une flexion arrière qui crée de la chaleur, essayez de faire tourner vos épaules vers l’arrière et de vous balancer d’un côté à l’autre jusqu’à ce que vous arriviez à votre propre version naturelle de Cobra. Rea appelle cela sahaja, qu’elle décrit comme « le mouvement spontané qui survient lorsque nous sommes réceptifs à notre sagesse intérieure innée ».

Cette pratique est bénéfique pour toute personne stressée, explique Rea. «C’est un excellent moyen d’équilibrer votre énergie avant d’arriver au point d’épuisement», ajoute-t-elle. Chandra Namaskar est une pratique facile qui met l’accent sur la grâce lors des transitions et sur la sensation dans l’espace de chaque pose.

Économie d’énergie

Lorsque vous le pouvez, pratiquez Chandra Namaskar le soir. Le Surya Namaskar est traditionnellement pratiqué au lever du soleil pour rendre hommage au soleil et réchauffer le corps pour la journée à venir. Il est donc logique de pratiquer Chandra Namaskar le soir, lorsque la lune est sortie. Non seulement c’est un excellent moyen de se préparer au sommeil, comme le souligne Richard Rosen, professeur de yoga et rédacteur en chef du Bromance Bien-être, mais le lever et le coucher du soleil ont toujours été considérés comme des moments puissants pour pratiquer le hatha yoga. « Durant ces périodes, il y a un équilibre entre la lumière et l’obscurité. Il ne fait pas jour. Il ne fait pas nuit. Vous êtes à la croisée des deux », dit-il. « Cela se reflète en interne dans votre corps : vos énergies chaudes et froides sont également en équilibre. C’est un moment naturel pour pratiquer.

En plus de l’heure de la journée, vous pouvez également considérer la période du mois où vous pratiquez. Rea suggère de choisir quelques jours pendant la nouvelle lune, la pleine lune et la lune décroissante (les 14 jours après la pleine lune), car notre énergie est plus faible pendant ces périodes. Pour les femmes ayant un cycle menstruel, Chandra Namaskar peut être un baume pour les journées à faible énergie.

Le plus important, avancez lentement. Cela signifie que vous n’avez pas besoin de synchroniser chaque mouvement avec une inspiration ou une expiration comme vous le faites avec les salutations au soleil. Permettez à la pratique de vous amener dans un état plus présent. « Se déplacer lentement et parcourir les asanas sans objectif postural a un effet d’entraînement incroyable en termes de rajeunissement personnel et de capacité à être vraiment, même si vous ne disposez que de 20 minutes. Il ne s’agit pas de ce que vous faites ; il s’agit de la qualité d’être.

Méditation au clair de lune

Cette méditation, adaptée de l’école de yoga du Bihar, peut être pratiquée avant ou après avoir pris la pose de repos finale, Savasana (pose du cadavre).

Asseyez-vous dans une position confortable, les jambes croisées. Prenez lentement conscience de l’espace entre vos sourcils. Dans cet espace, visualisez une pleine lune dans un ciel nocturne clair, brillant sur les vagues de l’océan. Le plein reflet de la lune pénètre dans les eaux profondes et l’ombre fraîche du clair de lune capte la cime des vagues pendant qu’elles dansent.

Voyez clairement l’image et développez une conscience des sentiments et des sensations qui sont créés dans votre esprit et votre corps. Laissez lentement la visualisation s’estomper et reprenez conscience de l’ensemble du corps.

Chandra Namaskar (salutation à la lune)

L’école de yoga du Bihar, où Rea a appris pour la première fois la séquence ci-dessous, l’enseigne accompagnée de méditation au début et à la fin, et offre la possibilité de chanter un mantra différent lié à l’énergie lunaire pour chaque pose.

Anjali Mudra (Sceau de Salutation), Variation

Passez à un état lunaire : écartez vos pieds à la largeur des hanches, tournez vos paumes vers le haut et joignez vos petits doigts ensemble dans un mudra de lâcher prise et d’écoute intérieure.

Anahatasana debout (pose d’ouverture du cœur)

Inspirez, ouvrez grand les bras. Expirez, les mains vers le sacrum. Inspirez, remontez votre cœur et votre ventre. Déplacez-vous 3 fois entre cette pose et Lunar Uttanasana.

Uttanasana lunaire (courbe avant debout lunaire)

Pliez-vous vers l’avant en gardant les genoux souples et le cou détendu. Ramenez la poitrine aux cuisses avec les paumes tournées vers le ciel. Laissez la tension se relâcher dans votre colonne vertébrale.

Fente haute

En expirant, reculez votre pied gauche dans une fente haute avec votre genou avant sur votre cheville avant et votre talon arrière en retrait.

Somachandrasana I (Nectar de la Lune coulant Vinyasa I)

Inspirez, passez votre bras droit au-dessus de votre tête tout en tournant les deux pieds dans le sens des aiguilles d’une montre. Votre pied avant est à angle droit ; votre pied arrière est en planche latérale.

Somachandrasana II

Expirez, passez votre main droite à vos côtés. Atteignez votre pied arrière avec la poitrine ouverte, les épaules au niveau et les jambes activées. Déplacez-vous encore 2 fois entre Somachandrasana I et II.

Transition vers Sahaja Ardha Malasana

Expirez en tournant tout votre corps dans le sens inverse des aiguilles d’une montre jusqu’à ce que vous vous teniez debout, les pieds écartés et parallèles les uns aux autres.

Sahaja Ardha Malasana (demi-squat fluide spontané)

Inspirez, pliez votre genou gauche, étendez votre jambe droite. La colonne vertébrale reste longue. Expirez, récupérez l’énergie de l’intérieur de vos jambes vers votre plancher pelvien. Inspirez, passez de l’autre côté avec la même conscience. Maintenant, faites des allers-retours deux fois de plus, en balayant vos bras et votre torse dans un flux spontané, comme les algues dans l’océan.

Fente haute

Tournez-vous vers votre jambe gauche pour effectuer un High Lunge et préparez-vous pour un vinyasa lunaire.

Pose de planche

Inspirez, revenez dans Plank avec vos mains sous vos épaules, votre tronc activé et un allongement de votre couronne à vos talons.

Anahatasana

Expirez et posez vos genoux sur le sol, en gardant le bas de votre ventre engagé. Écartez vos mains devant vous, à la largeur des épaules, et relâchez votre cœur vers la terre. Reposez-vous pendant plusieurs respirations, puis descendez complètement.

Sahaja Bhujangasana (Pose spontanée du cobra fluide)

Amenez vos mains sous vos épaules et soulevez votre poitrine, en roulant alternativement sur les épaules et en libérant le cou. Laissez votre colonne vertébrale bouger de manière fluide et sans constriction ni hésitation.

Svananada (chien descendant rempli de bonheur)

Expirez, entrez dans Down Dog avec une sensation lunaire. Pédalez avec les talons en vous déplaçant librement à travers les hanches et la colonne vertébrale. Relâchez votre mâchoire, laissez votre cou bouger librement, ressentez le bonheur auto-généré d’un chien libéré.

Chien à trois pattes vers le bas

Pause en mode Down Dog neutre. Inspirez, étendez votre jambe droite vers le ciel, puis expirez et abaissez-la à côté du pied gauche. Inspirez, étendez la jambe gauche vers le ciel. Expirez, avancez-le dans une fente haute.

Fente haute

Inspirez dans la fente. Expirez, avancez votre pied droit jusqu’au sommet du tapis, en balançant lentement vos hanches d’un côté à l’autre dans une promenade lente avec une énergie détendue.

Uttanasana lunaire

Inclinez-vous sur vos jambes dans une flexion lunaire vers l’avant, les pieds joints ou écartés à la largeur des hanches et les bras pendant lourdement vers la terre, les paumes tournées vers le ciel.

Anahatasana debout

Levez-vous, les mains au sacrum. Enracinez vos pieds; remontez à travers vos jambes, votre cœur et votre couronne. Détendez votre mâchoire. Adoucissez votre palais comme si vous receviez une goutte de nectar lunaire.

Anjali Mudra, variante

Réfléchissez intérieurement avant de changer de camp. Revenez ici après la deuxième face pour offrir un mudra final, une dédicace, un moment de gratitude et une prière pour la paix et le rajeunissement pour tous les êtres.

Répétez toute la séquence du deuxième côté, cette fois en reculant avec la jambe droite dans une fente haute.

Regardez une démonstration vidéo de cette pratique.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page