Yoga

Quand la discipline devient excessive

« ], « filter »: { « nextExceptions »: « img, blockquote, div », « nextContainsExceptions »: « img, blockquote, a.btn, ao-button »} } »>

En tant qu’athlètes et en tant que yogis, nous passons beaucoup de temps à construire du confort avec de l’inconfort. C’est le but de l’entraînement : nous sollicitons le corps pour qu’il puisse devenir plus fort. Sans le stress de cet inconfort, nous manquons d’adaptation, et donc d’opportunité de croissance. De même, le yoga asana nous apprend à nous sentir à l’aise avec l’inconfort, qu’il s’agisse de brûler les quadriceps dans la posture de la chaise ou de relever le défi d’essayer notre premier poirier. Notre adaptation à ces stimuli nous rend plus forts et plus flexibles, et les outils pour rester présents que nous développons dans des situations inconfortables nous aident à nous préparer à tous les défis de la vie.

Mais trop d’une bonne chose peut être trop. Dans les sports d’endurance, il y a une culture de l’épuisement. Rassemblez un groupe de triathlètes, par exemple, et vous entendrez se vanter de la fatigue de chacun, de l’intensité de leurs entraînements, du nombre de kilomètres parcourus cette semaine. La présomption est que la fatigue est meilleure, que cela démontre votre engagement. Cela s’étend au studio, où une éthique du plus c’est plus peut pousser la pratique disciplinée – et la discipline est importante – au-delà de la ligne vers la surutilisation.

Ironiquement, ce sont exactement les personnes qui doivent être à l’aise pour lâcher prise qui ont le plus de mal à le faire. Quand je vois ces Type As dans Savasana (Corpse Pose), leurs doigts frappent impatiemment contre le sol. Et c’est précisément lorsque nous nous sentons trop occupés pour prendre le temps de prendre soin de nous que nous en avons le plus besoin. Si cela vous ressemble, assurez-vous de construire le confort avec le confort. (Merci à Jeff Brown, professeur de yoga réparateur dans mon studio, pour ce terme fantastique.)

Nous construisons le confort avec le confort lorsque nous ne prenons pas toutes les variations proposées pour chaque pose en classe. Nous construisons le confort avec le confort lorsque nous nous prélassons dans la pose de l’enfant pendant que le reste de la classe passe par une autre salutation au soleil. Nous construisons le confort avec le confort lorsque nous séchons complètement les cours au profit d’une promenade avec le chien ou d’un déjeuner avec un être cher. Et lorsque nous construisons le confort par le confort, nous remplissons le puits, physiologiquement et psychologiquement, qui nous permet de rester présents la prochaine fois que nous nous trouverons dans une situation inconfortable ou que nous aurons besoin de pousser.

Alors que l’été se réchauffe et que votre entraînement progresse, n’oubliez pas qu’il y a une grande joie dans le confort.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page