Bien-être

Utilisez la méditation pour sortir du « mode tête désincarnée » et abandonnez-vous à votre cœur

Beaucoup de gens viennent à la méditation avec l’idée que c’est une activité cérébrale, quelque chose que nous faisons avec nos esprits pensants et logiques. Nous nous asseyons pour être tranquilles, et à la place nous rencontrons la sauvagerie indomptée de l’esprit pensant. Nous passons beaucoup de temps à méditer sur cette partie de notre être qui existe du cou vers le haut. Et cela seul semble être un travail à temps plein !

Mais les humains ne sont pas seulement des têtes désincarnées, malgré tout ce que cela peut parfois donner. Sous le cou se trouve un tout autre domaine d’expérience incarnée qui se déroule à chaque instant, un vaste monde de sensations, de pulsations et de messages somatiques qui parcourent nos veines et notre système nerveux. Notre intestin sait souvent les choses instinctivement et instantanément, d’une manière que le cerveau ne peut pas tout à fait comprendre. Le système nerveux entérique, qui régit l’intestin, compte 100 millions de neurones, plus que ce que l’on peut trouver dans les 45 miles de fibres nerveuses qui traversent la moelle épinière et le système nerveux périphérique. Le corps a ses propres formes de connaissance et même de sagesse, dont le fonctionnement reste souvent caché à l’esprit conscient. La sagesse mystérieuse du corps est vécue comme sensation, sentiment, intuition et émotion.

Aller au coeur de la méditation

Au centre de notre poitrine se trouve un autre centre de traitement central, le cœur, qui bat depuis que nous avons moins d’un mois dans l’utérus. Et depuis l’aube de l’humanité, le centre du cœur a été considéré comme le siège de quelque chose de plus que le cœur physique et son système circulatoire. Demandez à un Tibétain de pointer vers son « esprit » et il pointera vers son centre cardiaque, pas vers son crâne. Le cœur est le siège de notre être émotionnel, le lieu d’où non seulement coule le sang mais aussi tous nos sentiments d’amour, de compassion, de tendresse, de joie, de chagrin, de bonheur et de douleur.

Lors d’un cours hebdomadaire de méditation « Cœur » que j’enseigne à Innergy Meditation à Miami Beach, je commence souvent par demander aux participants de me dire la première qualité à laquelle ils pensent lorsqu’ils entendent le mot « cœur ». L’amour est la réponse la plus courante, et celle que je recherche, mais parfois les réponses des élèves vont au cœur du problème de différentes manières. « Vulnérabilité », a déclaré récemment un étudiant. « Fidélité », dit un autre.

Des mots si révélateurs. Le cœur est toutes ces choses et plus encore. C’est la source de nos sentiments d’amour et de nos sentiments de douleur, de notre joie et de notre tristesse. C’est là que nous ressentons notre vulnérabilité et notre volonté de nous ouvrir ou non aux autres.

Voyez si vous pouvez le sentir, maintenant. Prenez un moment pour sortir de votre esprit pensant, de votre cerveau, et sentez votre chemin vers le centre du cœur. Ne le faites pas Penser à votre centre cardiaque, mais se sentir comme un point sensible au milieu de votre poitrine. Remarquez la tendresse naturelle qui est là, le sentiment légèrement tremblant de vulnérabilité qui pourrait potentiellement aller dans les deux sens, vers une immense tristesse ou vers le rire et la joie. Voyez si vous pouvez laisser tomber votre armure émotionnelle et entrer en contact avec votre propre cœur tendre et brut. Il peut s’agir d’une pulsation silencieuse et apaisante, d’une explosion de joie, d’un chagrin douloureux ou d’un mélange de sentiments difficiles à comprendre. Honorez-le, quel qu’il soit, et ne lui demandez pas d’être autre chose. C’est votre cœur, et c’est là que vivent « toutes les sensations », comme disent les enfants de nos jours.

Le maître de méditation Chögyam Trungpa a parlé d’une qualité profonde en nous-mêmes avec laquelle nous prenons contact lorsque nous parcourons le chemin de la méditation et que nous grandissons dans notre humanité. Il l’appelait « le véritable cœur de la tristesse » et considérait cette qualité comme la clé pour devenir un guerrier spirituel. En prenant contact avec notre propre vulnérabilité et tendresse, notre volonté d’aimer les autres ainsi que de ressentir leur douleur, nous ne perdons pas de force ; nous le découvrons.

C’est une vérité puissante qui va à l’encontre de certains de nos conditionnements les plus profonds. Souvent, nous pensons que notre cœur est une chose petite et faible, et notre capacité d’amour est limitée. Nous pensons que nous avons une quantité limitée d’amour à répandre, nous devons donc en être avares, ne le partageant qu’avec ceux qui le méritent. Mais la tradition dans laquelle j’ai été formé dit tout à fait le contraire : la capacité de notre cœur pour l’amour, la compassion, la joie et l’équanimité est en réalité illimitée. Par la pratique, nous pouvons non seulement entrer en contact avec ces qualités en nous-mêmes, mais nous pouvons baigner le monde entier et tous les êtres qui s’y trouvent avec notre bienveillance. Dans le processus, nous brisons les murs de résistance à l’intérieur de nous-mêmes. Nos cœurs commencent à s’ouvrir vers ceux à qui nous pensions ne jamais pouvoir nous ouvrir, et nous découvrons ce que Brené Brown a appelé « le pouvoir de la vulnérabilité ».

Il y a du pouvoir, en effet, à entrer en contact avec nos cœurs par la méditation ; mais nous ne pouvons jamais pense notre chemin dans cette connexion. Nous devons humilier et calmer le cerveau arrogant et parler le langage du cœur. Le cœur n’accepte pas la monnaie avec laquelle le cerveau essaie de payer ; il n’échange que par le biais d’un accord de troc. « Donnez-vous pleinement à moi », dit le cœur, « et à mon tour je vous révélerai quel être infiniment radieux, compatissant, joyeux, triste, tendre et aimant vous êtes vraiment. » C’est une invitation magnifique, et l’affaire d’une vie.

Comment s’abandonner à votre centre cardiaque

Dans mes cours de méditation, j’enseigne souvent deux techniques conçues pour nous faire sortir du mode « tête désincarnée » et de l’esprit pensant et descendre dans le corps et ses étendues cachées de sensations, de sentiments et d’émotions. Ces deux techniques sont basées sur des pratiques anciennes enseignées il y a près de 2 600 ans par le Bouddha, mais ce sont des pratiques simples et non religieuses qui peuvent être pratiquées par n’importe qui. Pour chacune de ces pratiques, comptez 20 à 30 minutes.

Pleine Conscience de la Pratique Corporelle

Le Bouddha a enseigné cela comme le premier de ses «quatre fondements de la pleine conscience». En plongeant dans le corps avec notre attention et en prenant conscience des sensations et des messages du corps, nous devenons plus pleinement conscients de notre incarnation humaine. Lentement, patiemment, nous nous ouvrons à une conscience plus profonde des messages que nous recevons, à chaque instant, de chaque partie du corps.

ESSAYEZ-LE Allongé ou assis dans une position confortable, balayez lentement votre attention à travers tout votre corps, en prenant conscience de toutes les sensations que vous ressentez dans chaque partie. Soyez patient et attentif, et nommez les sensations que vous ressentez autant que possible : y a-t-il un engourdissement, une chaleur, une fraîcheur, des picotements, des douleurs, des démangeaisons, des bourdonnements, une oppression ou une tension, ou rien du tout ? Si votre attention s’égare pendant la pratique, ramenez-la simplement une fois que vous reprenez conscience, et revenez à la partie du corps où vous étiez lorsque votre attention s’est égarée. Commencez par la plante de vos pieds, puis scannez l’arrière de vos jambes, vos fessiers et l’arrière de votre torse. Scannez vos bras jusqu’au bout de vos doigts et vice-versa. Déplacez votre attention à travers vos épaules et le dos de votre cou vers les côtés et le haut de votre tête. Maintenant, scannez lentement la face avant de votre corps, en commençant par votre front, vos sourcils et vos yeux, vos joues, votre nez, votre bouche, votre mâchoire et votre gorge. Continuez à scanner lentement votre attention vers la poitrine, le plexus solaire, l’abdomen, l’aine et les hanches. , puis sur le devant des cuisses, les genoux, les tibias et le dessus des pieds. En revenant des orteils à la plante des pieds, vous avez terminé un circuit complet du scan corporel. Pendant les quelques instants qui suivent, tenez le corps entier dans votre conscience, avec toutes ses sensations, de la plante de vos pieds au sommet de votre tête. Ou, s’il y a une zone du corps qui attire votre attention avec une sensation particulièrement forte, laissez votre attention reposer entièrement sur cette zone et soyez très curieux de savoir ce que le corps peut vous communiquer à travers cette sensation.

Pratique simple de metta

La deuxième pratique s’appelle metta dans l’ancienne langue pali du Bouddha, qui signifie simplement « bonté de cœur ». La pratique de la méditation sur l’amour bienveillant nous met en contact avec le centre du cœur et cultive notre capacité naturelle à éprouver des sentiments d’amour, de générosité, de bonheur et de bonne volonté envers nous-mêmes et envers les autres.

ESSAYEZ-LE Portez votre attention sur votre centre cardiaque et connectez-vous avec cette partie de vous-même qui ressent à la fois l’amour et la douleur, la joie et la tristesse. Maintenant, en tant que première étape, rappelez-vous quelqu’un (une personne ou un animal bien-aimé) qui évoque un sentiment pur et spontané d’amour bienveillant lorsque vous pensez à lui. Imaginez-les debout devant vous à l’intérieur d’un cercle. De votre centre cardiaque, envoyez-leur les quatre aspirations ou souhaits suivants :

  1. Puissiez-vous être heureux.
  2. Puissiez-vous être en bonne santé.
  3. Puissiez-vous être en sécurité.
  4. Puissiez-vous être à l’aise.

Restez un instant avec chacune de ces aspirations, en les exprimant peut-être avec vos propres mots. Imaginez votre bien-aimé devant vous, heureux, en bonne santé, en sécurité et à l’aise, et remarquez comment cela vous fait vous sentir au centre de votre cœur. Laissez ce sentiment se développer sans limite. À la deuxième étape, voyez-vous marcher et rejoindre votre bien-aimé à l’intérieur du cercle. Maintenant, exprimez les quatre mêmes aspirations ou souhaits, mais incluez-vous et votre bien-aimé également en tant que destinataires. Maintenant, « vous » devient « nous »:

  1. Puissions-nous être heureux.
  2. Puissions-nous être en bonne santé.
  3. Puissions-nous être en sécurité.
  4. Puissions-nous être à l’aise.

Travaillez avec cette étape jusqu’à ce que vous vous sentiez prêt à élargir davantage le cercle. À la troisième étape, voyez le cercle s’élargir et invitez quelqu’un de neutre, quelqu’un qui n’évoque pas de sentiments positifs ou négatifs forts en vous. Cela peut être l’étranger assis à côté de vous dans le train, ou quelqu’un que vous voyez au travail, à l’école ou à l’épicerie. Envoyez les mêmes quatre aspirations de bienveillance à vous-même, à votre bien-aimé et à la personne neutre.

Lorsque vous êtes prêt, passez à la quatrième étape : voyez le cercle s’élargir davantage et invitez quelqu’un de plus difficile. Il peut s’agir de quelqu’un avec qui vous avez des conflits ou des désaccords, ou qui vous irrite et vous appuie sur vos boutons pour une raison quelconque. Maintenant, envoyez les quatre mêmes souhaits de bonté de cœur à vous-même, à votre bien-aimé, à la personne neutre et à la personne difficile. Restez avec cette partie de la pratique pendant quelques instants.

Enfin, dans la cinquième étape, imaginez que le cercle commence à s’étendre dans toutes les directions, incluant de plus en plus d’êtres : d’abord ceux qui vous entourent, puis ceux qui sont éloignés. Rappelez-vous que peu importe qui ils sont ou d’où ils viennent, peu importe les différences ou les conflits que nous pouvons avoir entre nous, au plus profond de leur cœur, tous les êtres veulent la même chose : être heureux, en bonne santé, en sécurité et à l’aise. Diffusez sans cesse vos aspirations à la bienveillance, à tous les êtres sans exception. Que tous les êtres soient heureux. Que tous les êtres soient en bonne santé. Que tous les êtres soient en sécurité. Que tous les êtres soient à l’aise. Pour mettre fin à la pratique, dissolvez la visualisation et ramenez votre attention sur votre centre cardiaque, ressentez la chaleur et la tendresse de l’amour bienveillant comme une braise incandescente dans votre poitrine.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page