Yoga

Le chemin du mauvais yogi vers le succès : d’innombrables échecs épiques

Au cours de son voyage vers Handstand, qu’elle appelle «l’Everest» des asanas, Erin Motz (alias la Bad Yogi) s’est écrasée et brûlée de nombreuses fois. Et elle est fière de chacun d’entre eux. La pose, pense-t-elle, incarne le voyage du yoga. Cela prend du temps, ce qui s’accompagne de frustration, de doute et de peur de manquer encore et encore. Puis un jour, ça arrive. Et cela n’arrive pas par chance, mais par l’aboutissement du travail de chaque fois que nous avons essayé auparavant, puis réessayé.

Découvrez ce que son échec au yoga lui a appris sur le succès ici.

À PROPOS DE NOTRE ÉCRIVAIN
Écoutez, je ne suis pas votre yogi traditionnel : je suis du genre carnivore, amateur de vin rouge et de fromage français et j’enseigne le vinyasa flow. Mon objectif est de garder mes cours amusants et accessibles, à la fois en studio et en ligne. Vous n’entendrez pas beaucoup de sanskrit, je vous pardonne totalement si vous ne connaissez pas votre asana de votre coude, et je crois fermement que le yoga est pour tout le monde, du végétalien qui aime le chou frisé au chasseur de cerf primé. Je suis peut-être un mauvais yogi, mais pour être tout à fait honnête, enseigner le yoga a été l’un de mes plus grands plaisirs. Je pratique pour nourrir mon enseignement, mais j’enseigne pour nourrir ma vie. —Erin Motz

Retrouvez-la sur :
https://www.badyogiofficial.com/
Instagram : @erinmotz
Facebook : @erinmotzyoga
YouTube : badyogitv

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page