Bien-être

Dépannage de la méditation : 3 façons de se préparer au calme

Que vous débutiez dans la méditation ou que vous pratiquiez régulièrement, il peut parfois être très difficile de se taire et de se replier sur soi. Voici comment vous y rendre, même si cela semble hors de portée.

La méditation peut être difficile. Même après avoir goûté à ses bienfaits – ces doux moments de calme intérieur, de clarté et de connexion profonde – y accéder à nouveau peut s’avérer frustrant et insaisissable. Si vous êtes comme la plupart des gens, vous constaterez peut-être qu’un jour votre esprit se projette dans le futur, que votre corps est agité et que vous ne pouvez pas rester assis, tandis que le lendemain, vous êtes si léthargique que vous pouvez à peine rester éveillé.

Ne vous découragez pas. Se reposer avec aisance dans la méditation ne se produit pas par magie. Mais il existe un chemin pour vous aider à y parvenir : grâce à votre respiration, vous pouvez puiser dans le flux de prana (force vitale) pour aider à augmenter, diminuer ou concentrer votre énergie, ce qui facilite la recherche de l’état d’attention détendue souhaité.

Comment se préparer au succès

Trop souvent, nous essayons de commencer à méditer sans reconnaître ce que nous ressentons – mentalement, physiquement et émotionnellement. Alors, commencez par faire un scan corporel rapide. Allongez-vous sur le dos avec les jambes allongées et remplissez votre corps de conscience, comme si vous remplissiez un verre d’eau. Remarquez comment votre corps réagit : commence-t-il à se détendre ou y a-t-il une résistance ? Fermez les yeux et sentez le poids de votre crâne et de votre bassin, le contact de votre dos sur le sol. Ensuite, scannez mentalement votre corps une zone à la fois. Commencez par vos orteils et montez jusqu’à vos jambes, votre colonne vertébrale et vos épaules, puis descendez vos bras et vos mains, et remontez vos bras jusqu’à votre cou et votre tête. Y a-t-il des endroits qui s’éloignent du sol et des zones qui sont plus en contact ?

Découvrez le flux de pensées se déplaçant dans votre esprit. Avez-vous une liste de choses à faire perpétuelle ? Êtes-vous en train de ressasser une conversation passée ou de planifier l’avenir ? Ensuite, placez une main sur votre poitrine et prenez un moment pour sentir les battements de votre cœur physique. Laissez votre conscience s’installer dans son rythme, puis baissez votre attention un peu plus profondément, en sentant le cœur émotionnel. Y a-t-il de la tristesse, de la joie ou de l’anxiété ? N’entrez pas profondément dans un sentiment particulier ; juste avoir une idée du ton général en ce moment. Remarquez la relation entre votre état émotionnel et votre respiration, entre vos sentiments et votre corps physique.

Enfin, ressentez toutes ces dimensions à la fois : physique, énergétique, mentale et émotionnelle. Maintenant, reposez-vous dans cette conscience spacieuse.
N’oubliez pas que vos observations peuvent changer d’un jour à l’autre, en fonction de l’heure, de votre emploi du temps et de toutes les autres variables qui affectent votre énergie et votre humeur.

Battez votre barrage routier de méditation

Si vous avez observé que votre respiration était laborieuse, votre esprit terne et votre cœur lourd, essayez une pratique énergisante. Votre respiration était-elle rapide, votre esprit s’emballait-il et votre corps était-il tendu ? Une pratique apaisante pourrait être la plus appropriée. Vous vous sentez dispersé et désorienté ? Une pratique de concentration peut vous aider à calmer votre esprit de singe. Écoutez votre cerveau, votre corps et votre cœur pour obtenir des conseils sur une pratique de mouvement qui peut vous apporter un équilibre, prêt à vous asseoir et à attirer votre attention vers l’intérieur.

Annoncer la couleur

Anjali Mudra (sceau de salutation)

Ce mudra, tenu devant le chakra du cœur (anahata) ou au niveau du chakra du front (ajna), scelle généralement la fin de notre pratique du yoga comme nous disons Namaste pour honorer la lumière divine en nous-mêmes, nos camarades de classe et nos professeurs. Il peut également être utilisé au début et à la fin de notre pratique de méditation comme une expression de gratitude, ou une union symbolique des opposés universels, tels que le soleil et la lune ou le masculin et le féminin.

Si vous ne pouvez pas rester éveillé…

Il peut être extrêmement difficile de garder les yeux ouverts, surtout si votre corps est apathique, votre esprit terne ou votre cœur lourd. Cette pratique vous aidera à éveiller votre énergie pour la méditation. N’oubliez pas que l’accent n’est pas mis ici sur l’alignement mais sur le mouvement avec la respiration, en particulier l’inspiration : allonger progressivement les inspirations, inspirer par étapes et faire une pause avant d’expirer. Retenir sa respiration pendant un moment après une inhalation peut prolonger l’effet énergisant de l’inhalation sur l’esprit et le corps. Cependant, faites-le avec prudence : si votre respiration devient agitée à un moment donné, revenez à un rythme confortable et naturel et maintenez votre expiration égale ou plus longue que votre inspiration.

Si vous ne pouvez pas rester assis plus de 30 secondes…

Votre introspection a-t-elle révélé une respiration rapide ? Votre mâchoire était-elle serrée ? Vous sentiez-vous anxieux ou irritable ? Beaucoup d’entre nous sont régulièrement en surmenage, et venir s’asseoir pour méditer à la fin d’une journée mouvementée peut donner l’impression d’un coup de frein dans une voiture qui roule à toute allure. Langhana Les pratiques (réductrices) sont apaisantes et peuvent vous aider à changer de vitesse et à passer en douceur à la méditation. Les pratiques sont rafraîchissantes et apaisantes, conçues pour éliminer et réduire l’excès d’énergie, les pensées et les émotions fortes.

Dans une pratique de langhana, l’accent est mis sur l’expiration et la tenue de poses – telles que des virages et des torsions assis vers l’avant – pendant plusieurs secondes. On accorde moins d’attention à l’alignement et plus au rapprochement du ventre vers la colonne vertébrale lors des expirations, qui s’allongent progressivement. Retenir sa respiration pendant un moment après une expiration peut prolonger les effets calmants, mais cela peut être difficile. Si votre respiration devient tendue, prolongez simplement l’expiration et sautez la pause.

Si vous avez un esprit de singe fou…

Une pratique qui allie des principes énergisants et calmants (brahmane et Langhana) a un équilibrage, ou Samana, effet. Commencez par une série de salutations au soleil et des poses debout pour engager le corps et l’esprit. Tout en faisant cela, essayez de prendre des inspirations et des expirations de longueurs égales. Les mouvements qui amènent votre attention du centre du corps vers la périphérie et le dos, et les exercices bilatéraux, qui nécessitent que le bras gauche et la jambe droite (et l’inverse) travaillent à l’unisson, peuvent aider à cultiver l’équilibre entre l’attention focalisée et la conscience détendue. .

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page