Bien-être

YJ l’a essayé : nous avons exploré les bains de forêt et maintenant nous voyons de la magie partout

je crois sombre les forces psychiques sont réelles et les esprits de la forêt peuplent le nord-ouest du Pacifique. Labyrinthe et Le Labyrinthe de Pan en haut de ma liste de films préférés. Ainsi, lorsque je me suis inscrit à une séance de bain de forêt (également appelée thérapie forestière) dans le parc naturel de Sintra-Cascais, dans l’ouest du Portugal, je n’ai pas été totalement surpris de me retrouver en train de vivre une sorte d’expérience mystique parmi les rochers moussus et les chênes couverts de lierre, peupliers et acacias.

La thérapie forestière puise dans la théorie maintenant scientifiquement vérifiée selon laquelle passer du temps à l’extérieur peut vous rendre plus heureux et en meilleure santé. Le protocole officiel des bains de forêt, appelé Shinrin-yoku, a été développé au Japon dans les années 80 pour aider une main-d’œuvre épuisée à retrouver son mojo. Le bain de forêt est un ensemble de pratiques de pleine conscience effectuées dans la nature pour vous aider à dissoudre le stress en vous connectant à vos sens et à quelque chose de plus grand que vous-même : l’énergie et la sagesse innée de la Terre. Par exemple, dans un exercice appelé Texture Gathering, vous vous promenez lentement, souvent hors des sentiers battus, explorant la façon dont les choses se sentent – branches d’arbres rugueuses, feuilles en décomposition, pierres lisses. Vous devenez pleinement présent et vivant, et vos angoisses et vos peurs concernant le passé et l’avenir commencent à s’estomper.

Notre guide, Geeta Stilwell, était une présence ancrée. Elle ressemblait aux femmes pionnières que j’ai toujours idolâtrées dans les romans et les émissions de Willa Cather comme Westworld. Je l’imaginais totalement à l’aise pour chasser l’élan en portant des jupons. Stilwell m’a rencontré ainsi que l’autre participant à la session – une Hollandaise – sur le parking de la réserve un samedi après-midi. (Mon chauffeur Uber semblait inquiet de me déposer au milieu de nulle part sans service cellulaire, alors que j’étais soulagé d’être libre de la technologie pendant les trois heures suivantes.)

Nous avons fait des introductions rapides, puis nous avons glissé hors de la route, sur un talus escarpé dans ce qui ressemblait à un utérus boisé. Tout d’un coup, nous étions protégés du vent ; le lierre copieux assurait l’isolation, rendant le tout plus silencieux, plus chaud, plus doux. Nous nous sommes déplacés lentement, en silence, en file indienne, le long d’un sentier limoneux pendant quelques minutes avant que Stilwell ne nous encourage à marcher jusqu’à une clairière. Ici, à ciel ouvert, nous avons fait notre premier exercice, appelé Plaisirs de Présence. Nous avons utilisé nos sens pour explorer notre environnement, d’abord en regardant autour de nous avec une conscience accrue de notre nouvel environnement, puis en fermant les yeux pour mieux entendre les sons de la forêt et remarquer le vent, clair et sombre, et la sensation de la Terre sous nous. Mes pieds ont fusionné avec le sol de la forêt à travers mes chaussures de randonnée et j’ai ressenti une subtile poussée d’énergie parcourir tout mon corps. Je me tenais plus grand, plus solidement, alors que la lumière du soleil filtrait à travers la canopée des arbres et touchait mon visage. Après environ 20 minutes, nous avons ouvert les yeux et partagé ce que nous avions vécu. Je ne pouvais pas oublier à quel point je me sentais en sécurité. J’aime la randonnée, le jardinage et m’asseoir dehors, mais chaque fois que je ferme les yeux en plein air, je crains de perdre mon chien ou d’être traqué par un puma ou une ombre noire. Avec Stilwell comme guide et sentinelle dans cette immobilité, j’aurais pu rester branché au sol comme s’il s’agissait d’une station de charge pendant des heures, voire des jours.

Mais nous avions plus à vivre. En serpentant, notre groupe s’est concentré sur les odeurs alors que nous nous arrêtions pour nous pencher et fouiller dans la couverture de sol humide, croquer des feuilles dans nos mains ou mettre notre nez dans l’écorce. Stilwell nous a alors demandé de nous lier d’amitié avec un arbre. Je me suis dirigé vers un grand acacia avec des vignes brillantes rampant autour de la majeure partie de son tronc. Je me suis assis dos à cet arbre et, pendant une minute, je me suis senti triste qu’il ne puisse pas parcourir le monde comme je le pouvais ; il ne pouvait pas déraciner et explorer. En retour, l’acacia m’a fait prendre conscience de mon énergie volage. Elle et moi avons conversé. Cela suggérait qu’il y avait peut-être un avantage à rester assis et à faire pousser des racines. C’était, après tout, une partie d’un écosystème entier dans lequel la flore et la faune se parlaient et partageaient un lien qui a aidé à créer et à soutenir la vie.

Et cela a duré des heures, nous nous arrêtant pour parler aux arbres, moi assis sur des rochers moussus jusqu’à ce que j’aie l’impression d’être un rocher moussu, et Stilwell nous rappelant de succomber à nos sens, d’être pleinement présents dans le moment, avec le les bois. Plus nous approfondissions, plus mon imagination s’activait. Était-ce un oiseau ou une fée qui venait de passer? Cet éclair noir était-il une ombre ou un esprit ? Cela n’avait pas d’importance. Mon cœur et mon corps étaient parfaitement calmes. J’étais ancré, prêt à affronter n’importe quoi avec curiosité.

Avant de devenir la bonne sorcière de la sérénité ultime, Stilwell avait été pharmacienne très stressée, puis responsable de production événementielle. À l’âge de 43 ans, elle a suivi une formation auprès de l’Association of Nature & Forest Therapy Guides & Programs et a lancé sa propre entreprise de thérapie forestière, appelée Renature, pour aider les gens à se déstresser en se connectant à la planète.

Je n’avais pas besoin de la science derrière le réensemencement ou la restauration à l’état naturel pour croire que cette forêt pouvait guérir. Les heures passées à parcourir consciemment et à rester immobile dans le parc naturel de Sintra-Cascais ont suffi à me rappeler qu’il existe d’autres façons de vivre. Qu’il existe des courants d’énergie qui traversent le monde et qui peuvent aider à éclairer nos intentions et nos actions si nous sommes simplement ouverts à recevoir le pouls de leurs messages. Il y a de la magie et de l’émerveillement partout si vous ralentissez et êtes prêt à en faire l’expérience.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page