Nutrition

Sauté polynésien

En ce qui concerne les huiles de cuisson et de cuisson, le canola et l’huile d’olive extra vierge obtiennent tout l’amour. Mais il y a quelque chose de très unique dans l’huile de noix de coco (huile de noix de coco vierge ou extra vierge, pour être exact), bien qu’elle soit composée à 90 % de graisses saturées.

Avantages pour la santé

L’huile de noix de coco a eu mauvaise réputation il y a des années parce que la forme partiellement hydrogénée (huile de noix de coco raffinée) était utilisée pour fabriquer des aliments commerciaux comme le pop-corn de cinéma. L’hydrogénation de n’importe quelle huile crée des gras trans, qui augmentent le mauvais cholestérol et le risque de maladie cardiaque. Pour cette raison, l’huile de noix de coco a été envoyée au purgatoire des graisses – regroupée avec du beurre, de la margarine et du saindoux.

Mais des recherches récentes suggèrent que toutes les graisses saturées ne sont pas identiques. Les deux types de graisses saturées les plus courants sont les triglycérides à longue chaîne (LCT) et les triglycérides à chaîne moyenne (MCT). Les acides gras contenus dans l’huile de coco sont principalement des MCT qui, contrairement aux LCT, ont tendance à être rapidement utilisés par l’organisme comme carburant plutôt que d’être stockés sous forme de graisse. C’est parce que les MCT sont rapidement convertis en énergie pour le corps qu’ils sont mis dans des préparations pour nourrissons et administrés à des patients gravement malades à l’hôpital. L’huile de noix de coco vierge contient également des acides gras qui aident à renforcer le système immunitaire.

Combattant de graisse

Bien que non concluantes, certaines études ont montré que les régimes contenant des MCT favorisaient une plus grande perte de poids et augmentaient le métabolisme que les régimes contenant des LCT. Une étude publiée dans la revue Lipides divisé les femmes souffrant d’obésité abdominale en deux groupes – celles qui consomment de l’huile de noix de coco et celles qui consomment de l’huile de soja. Les résultats : après 12 semaines de régimes hypocaloriques similaires, les consommateurs d’huile de coco avaient un tour de taille plus petit et des taux de cholestérol HDL plus élevés. La théorie est que les MCT contenus dans l’huile de coco sont moins susceptibles de provoquer l’obésité car ils sont utilisés immédiatement comme source d’énergie, plutôt que d’être stockés dans les cellules graisseuses. Ils sont également plus sains pour le cœur, car des études ont montré que les MCT augmentent le bon cholestérol (HDL) et abaissent le mauvais cholestérol (LDL).

Est-ce que tout est hype ?

Des tonnes de sites Web présentent l’huile de coco comme le secret de perte de poids des habitants des îles du Pacifique (Mélanésie, Micronésie et Polynésie). Ces populations ont longtemps été louées pour avoir de faibles niveaux de maladies cardiaques et d’obésité. Bien qu’ils mangent beaucoup d’huile de noix de coco, ils mangent également une alimentation principalement à base de plantes et maintiennent des niveaux d’activité élevés. Mais l’influence occidentale pourrait se faire sentir : des statistiques récentes de l’Organisation mondiale de la santé montrent que dans au moins 10 pays insulaires du Pacifique, plus de 50 % de la population est désormais en surpoids. Le principal coupable : les aliments importés. Enfin, rappelez-vous que l’huile de coco (comme toutes les huiles) est toujours un aliment riche en calories et en matières grasses à 120 calories et 14 grammes de matières grasses par cuillère à soupe. Le contrôle des portions est donc toujours crucial !

poivron rouge apporte de la vitamine C et des fibres amincissantes.

Ananas aide votre corps à digérer les protéines et réduit l’enflure causée par l’inflammation post-entraînement.

Poisson blanc est une protéine maigre et une bonne source d’oméga-3.

Sauce piquante a un pouvoir coupe-faim, vous aidant à manger moins et à vous sentir rassasié plus rapidement.

Recette de sauté polynésien

Prêt en 15 minutes • Donne 2 portions

Ingrédients

  • 1 cuillère à soupe. huile de noix de coco
  • ¼ oignon, haché
  • 1 poivron rouge, haché
  • ½ tasse de carottes râpées
  • 8 gousses de pois chinois, parées et coupées en fines lanières
  • 1 gousse d’ail, hachée
  • 1 boîte de morceaux d’ananas, dans le jus
  • 8 onces. flétan sauvage du Pacifique ou vraie morue, coupé en morceaux de 1″

Sauce:

  • 2 cuillères à soupe. jus d’ananas (de la boîte indiquée ci-dessus)
  • 1 cuillère à soupe. fécule de maïs
  • 1 c. sauce piquante (essayez : Sriracha)

les directions

1. Faire revenir l’huile, l’oignon, le poivron, la carotte et les cosses de petits pois pendant 3 minutes dans une poêle à feu vif. Ajouter l’ail, ½ tasse d’ananas et faire revenir 3 minutes.

2. Retirer le mélange de légumes et d’ananas de la poêle. Ajouter le poisson et cuire 2 minutes de chaque côté. Remettre le mélange de légumes dans la poêle.

3. Combinez les ingrédients de la sauce : fouettez 2 cuillères à soupe de jus d’ananas, la sauce piquante et la fécule de maïs, et continuez jusqu’à ce qu’il ne reste plus de grumeaux.

4. Faire un puits au centre du moule et y verser la sauce. Quand il commence à bouillir, mélanger immédiatement avec du poisson et des légumes pour enrober. Servez.

Nutriments par portion : Calories : 252, Lipides totaux : 8 g, Gras saturés : 6 g, Gras trans : 0 g, Cholestérol : 26 mg, Sodium : 156 mg, Glucides totaux : 24 g, Fibres alimentaires : 3 g, Sucres : 11 g, Protéines : 21 g, Fer : 1 mg

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page