Yoga

Pose du défi Kathryn Budig : Ashtavakrasana

« ], « filter »: { « nextExceptions »: « img, blockquote, div », « nextContainsExceptions »: « img, blockquote, a.btn, ao-button »} } »>

Ashtavakrasana prend la route à Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud.

J’adore l’Australie.

Je reviens tout juste d’une semaine passée dans de magnifiques ateliers d’enseignement à Sydney chez Power Living et je me suis imprégné de toute cette énergie incroyable. C’est le début de leur automne, mais tout comme à Los Angeles, l’automne y est magnifique. Je me suis retrouvé allongé sur Manly Beach à regarder des Australiens de tous âges, sexes et morphologies différents se jeter dans l’eau et dans les vagues. En tant que fille du Kansas qui aime le sol, cela m’a complètement étonné : ils étaient tellement courageux ! Ils n’ont ressenti aucun froid lorsque l’eau a atteint leurs points chauds, juste une détermination à se lancer dans ces vagues et à les posséder.

Les Australiens sont durs.

Un Australien en particulier m’a emmené faire un tour de la ville en moto, sachant que je voulais de superbes photos avec l’Opéra et le Harbour Bridge en arrière-plan. Nous nous sommes arrêtés devant une immense butte herbeuse dans les jardins botaniques, ce qui m’a semblé être un endroit parfait, mais pas trop simple. Il m’a entraîné au bord de l’eau et m’a montré une clôture assez grande suivie d’un poteau extrêmement haut dangereusement près de l’eau où les gros requins australiens affamés aiment se cacher.

J’ai pris une profonde inspiration, j’ai canalisé mon Australien intérieur et je me suis lancé. Résultat? Peut-être ma photo préférée de tous les temps. J’ai choisi Ashtavakrasana (Pose à huit angles) parce que cela fonctionnait d’une manière ou d’une autre dans ma situation précaire et je savais que je devais couvrir la pose pendant Journal de Yoga à mon retour.

Ashtavakrasana, c’est comme être un Australien se frayant un chemin dans l’océan au bulldozer : soyez-en propriétaire. Il existe de nombreuses étapes pour accéder à la pleine expression, mais chacune est puissante, expansive et vous fera vous sentir 100 % vivant. Oh, et s’il vous plaît, entraînez-vous sur le sol. Nous garderons l’équilibrage des pôles pour la semaine prochaine.

Étape 1:

Commencez assis avec les deux jambes étendues. Pliez le genou gauche et soulevez le tibia vers l’extérieur en tournant à partir de la hanche. À partir de cette position, vous allez bercer votre tibia : placez l’intérieur du coude gauche autour du genou gauche et l’intérieur du coude droit jusqu’à la plante du pied gauche. Asseyez-vous bien en restant sur le trépied de votre coccyx et de vos os du siège. Tirez doucement le pied plus près de l’épaule droite pour favoriser la rotation et l’ouverture de la hanche. Vous pouvez également vous concentrer sur la mise du pied au niveau du genou pour approfondir la sensation, mais rappelez-vous : soyez patient ! Pas de poussée dans les ouvre-hanches. Visez la sensation, pas la douleur.

Étape 2:

L’étape suivante consiste à approfondir l’ouverture des hanches grâce à un joli processus de câlin. Amenez la main gauche sous le mollet gauche et la main droite jusqu’à la plante du pied. Poussez délicatement le genou vers la gauche puis donnez-lui un petit coup de pouce vers le haut du bras. Continuez ce processus jusqu’à ce que l’intérieur de votre jambe gauche se rapproche de votre épaule gauche. Lorsque vous pouvez poursuivre le processus, serrez l’intérieur de la cuisse gauche autour de l’épaule et placez les deux mains de chaque côté des hanches. Activez les orteils et gardez la poitrine levée. Si l’intensité est suffisante, retenez-la pendant 8 respirations et relâchez.

Étape 3:

Maintenez l’intérieur de la cuisse gauche autour de l’épaule et pliez les deux genoux. Croisez légèrement la cheville droite sur la gauche.

Imaginez maintenant que votre bras gauche est un énorme pamplemousse et pressez-le ! Serrez l’intérieur des cuisses autour du bras gauche pendant que les jambes s’étendent vers le haut et vers la droite. Gardez le cœur levé et les paumes au sol pour l’équilibre. La bonne nouvelle est que c’est Ashtavakrasana, il nous suffit de l’incliner vers l’avant ! Il s’agit d’une excellente variante pour renforcer les fléchisseurs de la hanche et les jambes afin de préparer la pose complète.

Étape 4:

Gardez l’enthousiasme dans vos jambes et placez les paumes à plat à la largeur des épaules, légèrement en avant des hanches. Étendez le cœur vers l’avant pendant que les coudes se plient et continuez à vous serrer vers l’intérieur (coudes sur les poignets). Une fois les coudes en Chaturanga plein, remontez le bas du ventre, pressez (jus !) l’intérieur des cuisses et balancez les hanches jusqu’au niveau des épaules. Faites attention à ne pas vous effondrer au niveau de l’épaule droite : vous souhaitez maintenir des épaules égales pour créer une solide plate-forme d’équilibre. Gardez le croisement des chevilles délicat et écartez les orteils. Prenez quelques respirations complètes ici et reposez le bas pour le relâcher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page