Bien-être

Cultiver la bonté : comment pratiquer la bienveillance

Dans cet extrait de Sharon Salzberg Le manuel de gentillesse, elle nous enseigne qu’en pratiquant à plusieurs reprises la gentillesse et la générosité avec les autres et avec nous-mêmes, c’est ce que nous devenons et ce qui commence à sembler le plus naturel. Apprenez comment et commencez maintenant.

Il nous est si facile de nous attarder sur toutes les choses regrettables que nous avons faites ou dites – les moments où nous sentons maintenant que nous étions trop timides ou trop énergiques ou trop renfermés ou trop impliqués. Je vous suggère de faire une pause et de réfléchir pendant les prochaines minutes à ce que vous avez bien fait, à un moment où vous avez été généreux, gentil ou équilibré, et essayez de vous apprécier pour cela.

Au début, cela pourrait en fait être un peu inconfortable. Il a tendance à être plus facile de penser au moment où nous avons failli donner quelque chose mais avons ensuite décidé de ne pas le faire, et c’est toujours plié dans le grenier. Ou la fois où nous étions trop francs et disions la mauvaise chose. Ou le moment où nous avons négligemment négligé quelqu’un, l’avons ignoré et blessé ses sentiments. Toutes ces réflexions peuvent être valables et utiles d’une certaine manière, mais elles ne brossent pas le tableau de tout ce que nous sommes, de tout ce que nous pourrions être. Passer quelques minutes chaque jour à penser au bien en nous et à nous réjouir de la bonté que nous pouvons manifester, c’est ainsi que nous pouvons continuellement toucher et approfondir un bonheur vrai et authentique.

Se réjouir de notre capacité à faire des choix, à cultiver le bien, à abandonner ce qui nous fait du mal et nous fait souffrir, nous donnera la confiance nécessaire pour continuer à expérimenter, à faire des choses qui pourraient être quelque peu nouvelles pour nous, qui nous semblent comme prendre un risque – pas vers l’insouciance, mais vers la compassion.

Aucun de nous ne peut faire ces choses parfaitement ; c’est un voyage constant, une pratique continue. Nous pratiquons la générosité avec les autres et avec nous-mêmes, encore et encore, et la puissance de celle-ci commence à croître jusqu’à devenir presque comme une chute d’eau, un courant. Nous pratiquons la gentillesse avec les autres et avec nous-mêmes, encore et encore, et c’est ce que nous devenons, c’est ce qui nous semble le plus naturel.

VOIR ÉGALEMENT Apprendre à aimer inconditionnellement

Pratique de la bienveillance pour les moments de douleur émotionnelle ou physique

Toute notre vie, notre sagesse innée nous dit de lâcher prise, d’être en paix, de renoncer aux efforts insensés de contrôle. Notre culture, notre conditionnement et notre histoire personnelle nous disent généralement de nous accrocher, d’essayer de nous accrocher aux gens, au plaisir et aux réalisations pour être heureux. Plusieurs fois, nos vies sont passées dans une bataille entre notre sagesse innée et le message de la culture sur l’attachement et le contrôle. Lorsque nous sommes interpellés par une expérience douloureuse, c’est avant tout le moment de nous tourner vers, de faire confiance et de nous reposer sur la voix de la vérité en nous.

Phrases à utiliser dans la pratique de la bienveillance

Voici quelques phrases qui peuvent vous être utiles à cet égard. Choisissez une ou deux phrases qui ont une signification personnelle pour vous. Vous pouvez les modifier de quelque manière que ce soit ou utiliser ceux que vous avez créés pour leur signification personnelle unique.

« Puis-je accepter ma douleur, sans penser qu’elle me rend mauvais ou mauvais. »

« Puis-je me rappeler que ma conscience est beaucoup plus vaste que ce corps. »

« Que tous ceux qui m’ont aidé soient en sécurité, soient heureux, soient en paix. »

« Puissent tous les êtres partout être en sécurité, être heureux, être en paix. »

« Que mon amour pour moi-même et pour les autres coule sans limite. »

« Puisse le pouvoir de la bonté me soutenir. »

« Puis-je m’ouvrir à l’inconnu, comme un oiseau qui vole librement. »

« Puis-je accepter ma colère, ma peur et ma tristesse, sachant que mon vaste cœur n’est pas limité par eux. »

«Puis-je être à l’abri du danger; puis-je être en paix.

« Puissé-je être paisible et heureux, à l’aise de corps et d’esprit.

« Puis-je être libre de la colère, de la peur et de l’inquiétude. »

« Puis-je vivre et mourir en toute tranquillité. »

Essayez la méditation bienveillante

Pour commencer, adoptez une position aussi confortable que possible, assise ou allongée. Prenez quelques respirations douces et profondes pour laisser votre corps se calmer. Portez votre attention sur votre respiration et commencez à dire silencieusement les phrases que vous avez choisies en rythme avec la respiration. Vous pouvez également expérimenter simplement en fixant votre attention sur les phrases, sans utiliser l’ancre de la respiration. Ressentez le sens de ce que vous dites, mais sans essayer de forcer quoi que ce soit. Laissez la pratique vous emporter.

LIRE LA SUITE Cultiver un esprit Metta : méditation sur la bienveillance

Adapté de Le manuel de gentillesse par Sharon Salzberg. Copyright 2008, 2015 Sharon Salzberg. A paraître en poche en août 2015 chez Sounds True.

A PROPOS DE L’AUTEUR
Sharon Salzberg, étudiante en bouddhisme depuis 1971, dirige des retraites de méditation dans le monde entier depuis 1974. Elle est cofondatrice de l’Insight Meditation Society et du Barre Center for Buddhist Studies. Ses livres comprennent Bonté(Shambhala, 2008) et le New York Times Best-seller, Vrai Bonheur (Ouvrier, 2010). Elle vit à New York et Barre, Massachusetts. Pour en savoir plus, rendez-vous sur sharonsalzberg.com.

Articles similaires :

5/5 - (1 vote)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page