Bien-être

Mes deux enfants ont refusé d’aller à l’école après un traumatisme familial – et j’ai été menacé de poursuites

Avec un nombre record d’enfants refusant l’école depuis la pandémie, les poursuites parentales ont doublé en moins d’un an. Dans le cadre des mesures répressives du gouvernement, chaque mois, 1 700 parents sont poursuivis en justice pour que leurs enfants ne soient pas scolarisés, tandis que les amendes ont quadruplé au cours de la dernière année scolaire, coûtant aux familles jusqu’à 12 millions de livres sterling.

Cheryl Atkinson est une mère de cinq enfants de 53 ans vivant à Milton Keynes. Deux de ses enfants – Sean et Sophie – ont passé des années à refuser d’aller à l’école.

Comme l’a dit Lauren Crosby Medlicott

En 2010, mes cinq enfants se portaient relativement bien. Même si chacun avait des problèmes différents sur lesquels il travaillait, ils allaient tous les deux à l’école et à la maternelle la plupart du temps.

Un an plus tard, notre monde a été bouleversé lorsque mon mari a été expulsé de notre maison familiale par la police pour des raisons de sécurité. C’était un traumatisme qui allait affecter chacun de mes enfants et moi-même de différentes manières.

Pour mon troisième enfant, Sean, l’impact a semblé commencer lorsqu’il est entré à l’école secondaire en 2016. J’ai commencé à lutter pour qu’il aille à l’école.

De septembre à décembre de cette première année universitaire, il y est allé, quoique à contrecœur, avec un faux sourire peint sur le visage. De l’extérieur, il semblait s’en sortir, mais il rentrait à la maison et tout ce qu’il avait retenu toute la journée se révélait être une agression verbale. Il exigeait de mon temps, voulant constamment que je sois près de lui. Il se cachait souvent sous une couverture chez lui, essayant d’échapper au monde.

Au début, l’école a essayé de l’aider en lui accordant un emploi du temps réduit et en le transférant dans une autre école ordinaire, mais cela n’a pas fonctionné. Il était rongé par l’anxiété et je soupçonnais également l’autisme, un problème dont l’un de mes enfants plus âgés avait déjà été diagnostiqué.

Sean est le troisième enfant de Cheryl (Photo : fournie)

J’ai fait part de mes inquiétudes à l’école, en disant que j’étais sûr qu’il était autiste et qu’il avait besoin d’un plan de soins de santé, mais on m’a dit qu’il était plus que capable sur le plan scolaire. Qu’il allait bien à l’école.

Après les vacances de Noël, je n’arrivais tout simplement pas à le faire retourner à l’école. Il y avait des matins où je le conduisais et il refusait de sortir de la voiture. Je me souviens qu’un autre matin, j’ai réussi à le faire sortir de la voiture jusqu’à la réception, puis il a couru, refusant de revenir.

À partir de là, tout s’est dégradé. Chaque jour, il refusait d’aller à l’école. J’ai écrit des courriels pour informer l’école de son absence, expliquant pourquoi il n’était pas présent et comment j’avais essayé. Je n’arrêtais pas de demander un plan d’éducation et de santé qui n’était pas accordé. Au lieu de cela, j’ai été menacé de poursuites par l’école et les autorités locales pour ne pas avoir envoyé mon enfant à l’école.

En même temps, j’ai rejoint plusieurs groupes de soutien avec des parents vivant la même chose et apprenant quels étaient nos droits en tant que famille. Et j’ai contacté mon médecin généraliste, qui a prescrit à Sean des antidépresseurs. Ils ont écrit une lettre à l’école déclarant qu’il n’était pas apte à l’école. Sans cela, j’aurais probablement été condamné à une amende.

J’ai également écrit une lettre disant à l’école que je n’enverrais plus mon fils car cela aurait un impact négatif sur lui. Il avait peur de me quitter, dormant même par terre à côté de mon lit la nuit. Au cours d’une année scolaire, mon garçon extraverti et vif s’est perdu.

Cette année-là, je me sentais comme une mère totalement ratée. Cela m’a mis en colère que les professionnels ne m’écoutent pas, alors que je suppliais d’obtenir une aide appropriée pour mon fils. J’ai demandé de l’aide aux services sociaux, qui étaient intervenus à cause de mon ex-mari. J’ai demandé à l’école et aux autorités locales, mais on m’a répondu que l’école était le meilleur endroit pour lui. J’ai demandé de l’aide à CAMHS, mais on m’a répondu qu’il n’était pas admissible. Je n’avais tout simplement pas l’impression d’arriver à quelque chose.

Il ne voulait toujours pas quitter la maison. Il n’est pas allé à l’école pendant trois ans. Pendant son temps libre, on lui a diagnostiqué l’autisme, ce que je soupçonnais depuis le début. En réponse au diagnostic, il a reçu un plan d’éducation, de santé et de soins (un ECHP) et un tuteur à domicile lui a été attribué quatre heures par semaine.

Ma fille Sophie a vécu une histoire similaire lorsqu’elle est entrée au lycée un an après Sean. Elle n’était à l’école que 40 % du temps, en partie à cause de soupçons d’autisme, en partie à cause de la douleur causée par ce qui serait plus tard diagnostiqué comme une thyroïde sous-active, et en partie à cause de problèmes de santé mentale.

Après avoir été déscolarisée pendant quelques années sans tuteur à domicile financé, Sophie a été placée dans une école pour besoins éducatifs spéciaux (SEN), car elle aussi s’est retrouvée avec un diagnostic d’autisme. La plupart du temps, au cours des sept mois où elle était là-bas, elle rentrait à la maison en disant qu’elle ne se sentait pas en sécurité à cause des attaques de certains enfants contre les enseignants. Elle m’a supplié de ne pas entrer et j’ai finalement accepté.

J’ai continué à défendre Sean et Sophie, en demandant un programme « d’éducation autre que l’école », mais j’ai rarement eu de réponses. En avril 2020, une assistante sociale m’a informé que les autorités locales me traduisaient devant le tribunal de la famille parce que j’avais déscolarisé mes enfants. J’ai touché le fond à cette nouvelle, effrayée de perdre mes enfants. Mais à la fin d’une bataille d’un an, il a été décidé que je conserverais mes droits parentaux et qu’un travailleur social me rendrait régulièrement visite et m’aiderait à trouver comment envoyer mes enfants dans une éducation appropriée.

Alors que l’affaire était toujours en cours, j’ai amené mon autorité locale devant quatre tribunaux scolaires pour mes enfants. Ils n’offraient pas à mes enfants les plans d’éducation, de santé et de soins qui leur avaient été offerts, et je voulais leur demander des comptes.

Le tribunal de Sean n’a pas donné grand-chose, mais Sophie, aujourd’hui âgée de 16 ans, a reçu ce que je demandais depuis le début : une éducation autre qu’un programme scolaire. Elle prospère désormais. Un accompagnateur vient deux fois par semaine l’emmener dehors et travailler avec elle sur des compétences pratiques de vie. Un tuteur vient deux fois par semaine et a aidé Sophie à réussir ses mathématiques fonctionnelles et son anglais.

Sean ne pouvait pas postuler à l’université car il n’avait aucune qualification qui lui permettrait d’obtenir une place. Heureusement, à 15 ans, il m’a dit qu’il serait candidat pour rejoindre les cadets de la police, alors je l’ai inscrit. Les officiers ont été brillants avec Sean. Il a maintenant 17 ans et envisage de devenir policier. J’ai également réussi à lui trouver un prestataire pour l’aider à réussir ses maths fonctionnelles et son anglais.

En fin de compte, Sean et Sophie ont fini par prospérer, mais cela a eu un coût pour eux et pour moi. Je suis absolument épuisé, mais je me bats toujours avec les autorités locales, maintenant pour ma plus jeune fille de 15 ans et un autre fils de 20 ans.

Le plus gros problème que j’ai avec le système éducatif, c’est qu’ils pensent qu’il s’agit d’un système unique pour chaque enfant. Nous devrions examiner chaque enfant individuellement, évaluer ses forces et ses faiblesses, et exploiter ce dans quoi il sera bon. C’est à ce moment-là que nos enfants s’épanouiront.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page