Bien-être

Même la méditation interrompue profite à l’esprit, au corps et à l’âme – Ici, comment embrasser la distraction

Je peux rire maintenant de la façon dont j’ai gémi devant les nombreuses suggestions que j’apprends à méditer pour aider à atténuer les innombrables couches de stress dans ma vie. Tant de gens savaient que cela pouvait m’aider : le travailleur social agréé qui dirigeait mon groupe de soutien post-partum, le bénévole attentionné de mon groupe de soutien pour les femmes chrétiennes qui se remettent d’un mariage abusif, mon professeur de yoga en ligne spécialisé dans le yoga sensible aux traumatismes et la tenue d’un espace pour Les Noirs alors qu’ils naviguent dans le racisme et les micro-agressions dans la vie quotidienne. Je gémis parce que je me sentais trop stressé et dépassé pour rester immobile. Honnêtement, cela semblait impossible. J’avais deux adolescents qui, grâce au COVID-19, s’adaptaient malheureusement à ces ordonnances restrictives de maintien à la maison, plus un nouveau-né qui rampait et faisait ses dents.

Dans ma frustration, je voulais rejeter le conseil parce que la méditation me semblait inaccessible. Entre les pensées qui défilent et ma blessure au bassin après l’accouchement, essayer de rester assise dans une pièce calme était à la fois stressant et douloureux. L’immobilité intérieure n’était pas accessible et j’avais l’impression de me noyer. Pourtant, j’avais besoin d’aide.

J’ai suivi un cours sur la méditation en 2019 lorsque le stress augmentait. Mais je n’ai pas pu recréer l’expérience de classe pour moi-même à la maison. J’ai décidé d’utiliser des méditations guidées enregistrées comme un pont. Cela a lancé ma courte pratique quotidienne. Même maintenant, au jour 56, il est rare que je médite plus de 20 minutes à la fois. Les périodes gratuites prolongées ne font pas partie de la maternité célibataire, surtout maintenant pendant la quarantaine ! Mais parce que je n’ai pas besoin de beaucoup de temps pour méditer, il est possible de s’en tenir à ma pratique.

J’ai maintenant atteint la capacité de m’installer dans un calme méditatif même assis à côté de mon bébé alors qu’il joue joyeusement avec sa boîte de permanence d’objets et ses blocs en bois à empiler. Il imite même mes respirations profondes. Nos méditations partagées durent généralement de trois à cinq minutes. Quand j’ai du temps seul, mon temps de méditation dure 15 à 20 minutes. J’apprécie toujours les méditations guidées, mais s’asseoir en silence ne me semble plus impossible. L’immobilité n’est plus une étrangère ; c’est un ami qui m’accueille et me permet d’être moi-même.

Découvrir les bienfaits de la méditation

J’avais l’habitude d’être submergé par des pensées qui défilaient – parfois lorsque j’étais submergé par l’ampleur de la responsabilité et parfois lorsque je vivais un flashback de traumatisme, de douleur ou d’abus. Depuis que j’ai commencé la méditation, je ne suis plus prisonnier des pensées qui s’emballent ou des battements de cœur qui battent. En me concentrant sur ma respiration, je peux ralentir mon rythme cardiaque et me ramener au présent.

Toutes les expériences de méditation n’ont pas été des expériences magiques et mystiques – et pourtant, je peux absolument attester que dans le silence, la douleur qui s’accrochait à moi s’est dissipée. Je sais maintenant ne pas fuir la douleur mais la remarquer. Pour lui permettre de se faire sentir et de le laisser m’indiquer où je dois intentionnellement me concentrer pour guérir. C’est un travail difficile; mais cela a considérablement amélioré ma santé en me donnant un puissant mécanisme d’adaptation au stress et aux traumatismes.

Maintenant, j’ai développé mon propre rituel de pratique qui réduit mon stress et me permet de rester plus calme tout au long de la journée. Je suis plus disponible pour mes enfants et plus capable de me montrer.

7 stratégies pour vous aider à développer votre pratique de la méditation

Au départ, j’imaginais méditer pendant des heures tout en ayant des moments intensément spirituels et réparateurs dans une belle pièce sans encombrement avec le soleil furtivement à travers les stores tandis qu’une belle musique instrumentale était diffusée via des haut-parleurs invisibles. Plus j’imaginais cette belle pratique, moins j’étais capable de commencer ma pratique. La perfection cinématographique peut être pour vos tableaux de vision. Commencez là où très peu est nécessaire. Lorsque des interruptions surviennent, il est essentiel de pouvoir les accepter et de continuer. Essayez ces sept stratégies pour construire une pratique de méditation.

1. Horaire : Engagez-vous à commencer à la même heure chaque jour. Les routines vous aident à vous en tenir à votre pratique.

2. Confort : Donnez la priorité à votre confort sur votre chaise, coussin ou tapis. Si vous êtes mal à l’aise, il sera plus difficile de continuer.

3. Pose : Si vous êtes assis, asseyez-vous bien droit pour que vos poumons puissent se dilater complètement. Si vous êtes allongé, soutenez le bas de votre dos.

4. Gentillesse : Souvent, lorsque nous nous asseyons enfin sans ordre du jour, nous éprouvons des pensées négatives. Remarquez-les et utilisez des affirmations pour changer la marée. Essayez d’y répondre avec, Je suis digne de ce moment. Notre cerveau peut contenir des pensées contradictoires, et vous n’avez pas besoin de les corriger.

5. Heure : Si vous n’avez jamais médité auparavant, essayez simplement de vous asseoir et de respirer pendant deux minutes. Utilisez une minuterie pour ne pas vérifier constamment l’horloge.

6. Respirez : Prenez des respirations profondes qui font flotter votre ventre et votre poitrine. Ce n’est pas comme ça que la plupart d’entre nous respirons habituellement, donc cela demandera de la pratique.

7. Son : Si le silence ne fonctionne pas pour vous, essayez d’utiliser de la musique instrumentale ou des sons de la nature. Les méditations guidées peuvent inciter la respiration et l’imagerie.

Essayez ma pratique

Avant de commencer, j’utilise des mouvements tels que la marche, des étirements doux ou une séquence de yoga. Le mouvement m’aide à déplacer mon énergie vers un état plus réceptif à ma pratique :

1. Asseyez-vous sur votre tapis aussi droit que possible et sonnez une cloche pour commencer.

2. Répétez vos affirmations personnelles trois fois.

3. Faites huit cycles de respiration consciente.

4. Ensuite, entraînez-vous à respirer en silence aussi longtemps que vous le souhaitez.

5. Lorsque (pas si) vous rencontrez une interruption (pour moi, ce sont généralement mes enfants), assistez-y et continuez.

6. Lorsque vous avez terminé, sonnez à nouveau et réacclimatez-vous à votre environnement.

Cette pratique fait maintenant partie intégrante de ma vie. Je suis passé du doute de soi et d’un bourdonnement anxieux continu et distrayant à une meilleure capacité à accepter et à réagir aux facteurs de stress. Ma pratique méditative plante des graines de paix, de guérison et d’amour pour moi et mes proches.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page