Bien-être

Décodage du Sutra 2.11 : Les obstacles peuvent être surmontés grâce à la méditation

Patanjali note que chaque klesha (obstacles à la voie du yoga) peut être surmonté par la méditation. Abhinivesha (la peur de la mort) est la dernière klesha, et c’est celle qui peut être particulièrement difficile à vaincre. J’ai lutté avec abhinivesha par une nuit froide en 1993, lorsque ma femme bien-aimée, Savitri, était en train de mourir d’une maladie chronique. Tous ses systèmes étaient défaillants et les médecins avaient perdu tout espoir. Je m’assis à côté de son lit, tenant sa tête dans mes mains. Une profonde peur intérieure a commencé à s’emparer de moi. J’ai prié. J’ai beaucoup prié. Elle pouvait à peine prononcer un mot, sa respiration s’essoufflait, sa peau virait au bleu, ses paupières battaient et ses membres étaient aussi mous que des chiffons mouillés. Allait-elle vraiment mourir à 30 ans, dans la fleur de l’âge ? Non, pensai-je en redoublant d’efforts pour la tenir fermement.

Elle prit une profonde inspiration et gémit dans un murmure laborieux. Je me penchai près de sa bouche pour entendre ses mots doux. Dans une tentative angoissante de parler, elle gémit, « Laisse… moi… partir. Aime… moi… laisse… moi… partir.

Laissez-la partir? Mon ego souffrait. J’étais complètement opposé à l’idée de lâcher prise. Est-ce qu’elle mourrait si je la laissais partir ? J’ai commencé à méditer profondément. Abhinivesha s’est glissé à l’intérieur. J’ai continué à méditer. Puis, j’ai lentement réalisé que je n’avais aucun contrôle. Vaincre la mort était hors de ma portée. Le cœur lourd, je pris quelques respirations profondes et m’éloignai doucement d’elle. Elle avait raison. J’ai dû abandonner mon arrogance, mon attachement à elle.

Au bout d’une éternité tangible, son souffle se saccada. Elle revenait ! Ce n’était pas dans une précipitation glorieuse, mais plutôt lente et laborieuse. Il a fallu des semaines à Savitri pour revenir complètement, mais elle l’a fait. C’était un miracle.

Les obstacles à la voie du yoga (klesha) m’ont été enseignés par Savitri cette nuit-là : Avidya (mon ignorance), Asmita (mon ego), râga (mon attachement à elle), dvesha (mon aversion à la lâcher), et abhinivesha (la peur de sa mort). J’ai dû apprendre à abandonner le désir de mon ego de faire bouger les choses à ma façon. Il devait être remis au véritable propriétaire du corps : l’Esprit. Ma femme dit que la façon d’amener l’Esprit dans le corps est de se connecter avec votre Pilier de Lumière, le sushumna. En utilisant les techniques de Heartfull Meditation qu’elle avait créées, telles que le Mental Centering (dans lequel vous concentrez vos pensées et vos sens, en les offrant à la Lumière de votre cœur), elle lui a sauvé la vie. Elle a dit qu’après avoir lâché prise, elle a pu se connecter plus librement avec son Pilier de Lumière, et son Esprit a choisi de retourner dans son corps. Mais ça devait être sa décision. Cela ne pouvait pas être ma décision basée sur mon propre attachement.

Quand je lui ai posé des questions sur l’expérience d’avoir failli mourir cette nuit-là, elle m’a dit que la seule chose qui la maintenait en vie était sa propre Lumière. De plus, non seulement tout mon attachement, ma peur et mon inquiétude n’ont rien fait pour améliorer la situation, mais cela a en fait empêché Savitri de s’unir à sa Lumière, empêchant son âme de décider de son histoire. « L’énergie de la pièce devait être remplie d’amour véritable et authentique, et non de peur et d’attachement », m’a-t-elle dit.

Rejoignez Aadil Palkhivala, fondateur de Purna Yoga, pour un atelier de guérison pour les moments stressants au Bromance Bien-être LIVE ! New York, du 19 au 22 avril ! Inscrivez-vous ici.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page