Bien-être

C’est la raison pour laquelle je prends le métro 45 minutes en ville pour m’entraîner, même s’il y a une salle de sport dans mon quartier

« Attends quoi? Pourquoi? » est souvent la réponse que j’obtiens lorsque les gens découvrent que j’appartiens à une salle de sport de l’Upper East Side, à 45 minutes de trajet (aller simple) de ma maison à Brooklyn.

Cela n’a aucun sens.

Mon quartier regorge de moyens de rester en forme, y compris une piscine sur la route et un Crunch, SoulCycle et Orangetheory chacun à moins d’un mile. Sans oublier que j’ai le luxuriant Prospect Park dans mon jardin, avec une boucle pavée de 3,4 miles idéale pour marcher, courir ou faire du vélo toute l’année, gratuitement.

Alors Pourquoi exactement est-ce que je choisis de passer 90 minutes de ma journée, deux à trois fois par semaine, dans le train pour chasser un high d’endorphine ? La réponse est simple : j’utilise le temps de trajet pour ma pratique de Méditation Transcendantale.

Comment je m’en tiens à ma pratique de méditation

La Méditation Transcendantale, ou MT, est une pratique ancrée dans un mantra importée d’Inde par feu Maharishi Mahesh Yogi (le type qui a enseigné aux Beatles) aux États-Unis entre les années 1950 et 1970. J’ai repris la pratique populaire (avec quelque six millions de personnes dans le monde) en 2013 comme moyen d’apaiser mon anxiété, qui se manifestait sous la forme de maux d’estomac perpétuels.

Après des mois de prise de suppléments à base de plantes et d’acupuncture régulière sans amélioration de mes symptômes, je me suis tourné vers la MT, apprenant la pratique d’un enseignant très respecté de la Fondation David Lynch, une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par le célèbre réalisateur pour aider à financer Formation MT pour les étudiants mal desservis, les anciens combattants souffrant de trouble de stress post-traumatique, les victimes de violence domestique et un grand nombre de personnes anxieuses, comme moi.

En quelques mois de travail avec la sage et merveilleuse Joanna Pitt, qui enseigne également à de nombreuses célébrités, mes problèmes de ventre se sont atténués et j’ai soudainement eu un nouvel outil incroyable dans ma ceinture pour gérer le stress.

Le problème avec ma méditation, tout comme mes entraînements, c’est que si je ne le planifie pas, ça n’arrive pas. Bien que j’aimerais pouvoir être l’un de ces praticiens disciplinés qui s’abonnent à RPM (lever, faire pipi, méditer) dès le matin, je préfère toujours appuyer sur snooze ou faire défiler Instagram au lit. Alors, quand j’ai commencé à aller à TS Fitness, un studio d’entraînement boutique géré et détenu par Noam Tamir, j’ai décidé d’utiliser 20 minutes de mes 45 minutes de trajet en métro à New York pour me déconnecter du monde extérieur (il y a peu ou pas de Wifi souterrain , heureusement), et reconnectez-vous à l’intérieur.

L’art de méditer dans un train

Méditer sur un train bruyant n’est pas facile, au début. Il faut des efforts pour délimiter l’extérieur et se concentrer sur l’intérieur. C’est une des raisons pour lesquelles j’aime TM. Chaque fois que mon esprit commence à vagabonder vers la conversation à côté de moi ou la musique diffusée par le boombox des artistes du métro, je reviens à mon mantra sacré – un son personnalisé, dénué de sens, d’une ou deux syllabes qui m’a été prescrit par Pitt – qui m’aide à reprendre mon souffle et calme mon esprit.

Une fois que j’ai succombé à la pratique envoûtante, cela m’aide presque toujours à entrer dans un état de repos et de relaxation totale. (En fait, je reviens souvent à la réalité après ma séance de 20 minutes à moitié endormie, ce qui, malheureusement, n’est pas un grand espace de tête pour un entraînement par intervalles à haute intensité.)

Alors que TM demande officiellement deux séances de 20 minutes par jour, je suis très heureux de me faufiler dans deux à trois séances de 20 minutes par semaine. Cela peut sembler peu, mais cela s’accumule avec le temps, ce qui signifie que je profite toujours de certains des avantages d’une pratique constante. Bien sûr, ce serait bien mieux si je m’entraînais deux fois par jour. Ce serait aussi bien si je mangeais du brocoli tous les jours. Mais soyons réalistes.

La bonne nouvelle est que je peux faire de chaque trajet en train, et pas seulement de mon trajet vers la salle de sport, une opportunité d’obtenir ma dose de MT. Après quelques années de TM dans le train, j’ai développé une réponse de chien de Pavlov à la méditation à chaque trajet, même si ce n’est que 10 minutes. En fait, pas plus tard qu’hier, je n’ai eu qu’un trajet en train de sept minutes et j’ai quand même réussi à entrer et sortir de mon cabinet avec aisance, profitant des bienfaits de quelques instants de calme avant un rendez-vous client. Et j’ai appris que profiter de n’importe quel Un moment de liberté – que ce soit mon train, attendre chez un médecin ou être assis dans un avion – est l’un des meilleurs et des plus simples moyens de maintenir ma pratique et d’en récolter les fruits.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page