Yoga

4 étapes pour vous libérer de la peur des inversions

« ], « filter »: { « nextExceptions »: « img, blockquote, div », « nextContainsExceptions »: « img, blockquote, a.btn, ao-button »} } »>

Les inversions testent vos limites mentales et physiques, ce qui en fait le rite de passage d’un yogi. Rina Jakubowicz propose quatre étapes pour les aborder sans crainte. Rejoignez-la à Bromance Bien-être EN DIRECT ! San Fransisco pour apprendre ces techniques en profondeur et plus encore.

Tous ceux qui commencent le yoga ont envie de Headstand. En observant mes élèves depuis plus de 13 ans, j’en ai déduit qu’il ne s’agit pas vraiment d’entrer dans le Headstand mais plutôt d’un rite de passage. Sirsasana est la première pose qui teste vraiment vos limites mentales et physiques et défie vos faiblesses.

Ce test commence par votre volonté de tomber. Bien sûr, la plupart d’entre nous ne sont pas prêts. Nous craignons la chute et la construisons même en l’imaginant bien plus grande (un abîme !) qu’elle ne l’est en réalité. Deuxièmement, il y a la question de la force. Toutes les faiblesses du corps deviennent évidentes dans cette pose, qui nécessite une stabilité partout. (Comment serez-vous à la hauteur ?) Enfin, Headstand est un grand test de votre confiance en vous-même et en votre professeur. Si vous n’y êtes pas encore, utilisez ces quatre étapes pour vous libérer de la peur qui vous retient.

VOIR ÉGALEMENT Avez-vous une peur royale des inversions ?

4 étapes pour des inversions sans peur

1. Commencez par un mur sans honte.

La première fois que vous allez à l’envers, je vous recommande d’utiliser un mur pour ressentir ce que c’est que d’avoir les jambes au-dessus de la tête. C’est bizarre au début, mais seulement parce que vous n’y êtes pas habitué. Assurez-vous d’être suffisamment près du mur pour le sentir derrière vous lorsque vous montez, mais pas trop près pour ne pas vous faire redescendre au sol. Aussi, ne laissez pas le mur devenir une béquille. Utilisez-le pour ressentir la sensation d’être à l’envers, puis commencez à développer votre force et votre confiance loin d’elle. C’est là que la vraie force se développe !

2. Apprenez à tomber.

Préparez-vous au succès en trouvant un endroit pour apprendre à chuter en toute sécurité. Si vous habitez près d’une plage ou d’un sable, apprenez à tomber d’un poirier ou d’un poirier là-bas. Si vous ne vivez pas près d’une plage, empilez un tas d’oreillers, de couvertures ou de tapis de gym derrière vous sur un sol recouvert de moquette afin d’atterrir dessus. Assurez-vous qu’il y a suffisamment d’amorti pour amortir votre chute. Trouvez ensuite la technique de chute qui vous convient le mieux :

Retourner

La première option consiste simplement à se retourner dans un backbend avec vos pieds atterrissant sur le sol derrière votre tête dans Urdhva Dhanurasana (Full Wheel Pose). Vous DEVEZ avoir une colonne vertébrale suffisamment flexible pour le faire, alors testez d’abord votre pose de roue qui monte du sol et voyez combien d’arc vous avez. Si votre dos est trop plat et ne peut pas se cambrer suffisamment profondément en ce moment, lorsque vous ajoutez de l’élan à la chute, il ne vous laissera pas atterrir les pieds en premier. Ainsi, cette option n’est pas optimale pour les dos qui ne sont pas trop flexibles. Mais le prochain est super !

Tucking et Rolling

Vous pouvez également tomber en rentrant votre tête et en vous roulant sur le dos. Assurez-vous que vous utilisez toujours une certaine force du haut du corps afin d’atterrir avec grâce au lieu d’atterrir avec un flop. La clé est ne pas se crisper quand tu tombes. Parce que nos esprits sont criblés de peur, la première chose que fait le corps est de se contracter, ce qui pourrait causer une blessure. Au lieu de cela, détendez consciemment vos muscles afin que l’impact ne soit pas dur.

Sauter

Certaines personnes, par réflexe, se contentent de sauter sur le côté lorsqu’elles voient qu’elles vont tomber. Je ne recommande pas cette option car elle pourrait être dangereuse pour votre épaule et dangereuse pour quelqu’un autour de vous qui pourrait se trouver dans votre zone de chute. Cette technique de chute est également généralement utilisée parce que vous n’avez pas trouvé de moyen intrépide de tomber (soit en vous retournant, soit en roulant) !

3. Construisez une fondation stable.

Quelle que soit l’inversion sur laquelle vous travaillez, vous voudrez d’abord vous concentrer sur la stabilisation de votre fondation. Je recommande de commencer avec un trépied sur la tête ou un poirier traditionnel sur l’épaule, car s’il est fait correctement, un poirier vous aidera à développer votre cœur mieux que l’épaule. Ensuite, avec cette force, vous pourrez facilement vous soutenir dans un Shoulderstand sans vous effondrer. Résistez au besoin de votre ego de lever immédiatement vos jambes au-dessus de votre tête et concentrez-vous plutôt sur la construction de la force nécessaire dans vos épaules et votre tronc. La plupart du temps, les étudiants qui sont pressés d’effectuer des inversions n’utilisent pas leurs muscles mais s’accrochent à leurs articulations et s’effondrent, ce qui peut causer toutes sortes de douleurs et de compensations qui créeront de futurs problèmes dans votre pratique et votre corps. Par conséquent, la maîtrise de votre fondation et la construction de la stabilité dans votre cœur doivent passer en premier.

4. Maîtrisez chaque pose étape par étape.

Enfin, prenez le temps d’apprendre les actions et les étapes spécifiques nécessaires à chaque inversion individuelle et appliquez-les en conséquence. Apprendre ces techniques enlèvera tout doute et vous donnera la confiance dont vous avez besoin pour combattre la peur une fois pour toutes !

VOIR ÉGALEMENT Q&A : Comment puis-je garder mon cou en sécurité dans le poirier ?

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page