Bien-être

Pourquoi faire appel à un test de maternité ?

Les tests ADN sont généralement associés à l’identification de la paternité. Pourtant, ils permettent aussi d’établir un lien génétique entre une mère biologique et son enfant. Le test maternité est moins fréquent. Néanmoins, il est indispensable dans de nombreux cas à l’instar du regroupement familial.

En quoi consiste un test maternité ?

Le test maternité consiste à faire un examen biologique afin d’établir un lien génétique entre une présumée mère biologique et un enfant. Le test devient pertinent lorsqu’il est impossible de prouver la filiation maternelle entre les deux personnes. C’est le cas par exemple lorsque vous ne disposez pas d’un justificatif de possession d’état. La réalisation d’un test de maternité s’effectue à partir d’une analyse ADN. Cette méthode demeure la plus sûre avec un taux de fiabilité à 99,9 %. Le test ADN consiste à relever les caractéristiques chromosomiques qui rassemblent l’enfant et la mère. Comme pour le test de paternité, le test nécessite un échantillon de cellules, du sang ou de la salive. L’analyse se base sur la technique du PCR ou polymerase chain reaction. La réalisation de ce test est très encadrée par la loi française.

Pourquoi faire un test de maternité ?

Le besoin de faire un test de maternité répond à une volonté de confirmation légale du lien de parenté. Ce test est exigé dans le cadre des procédures administratives comme l’identification d’une personne morte ou d’un regroupement familial. Pour en savoir plus sur un test maternité, rendez-vous sur ce site. Cependant, il n’est pas rare de demander également un test dans les cas suivants :

  • un enfant adopté ou un orphelin peut demander un test de maternité lorsqu’il part à la recherche de ses parents biologiques ;
  • une identification de la mère est indispensable chez certains parents dans le cadre d’une fécondation in vitro ;
  • un échange d’enfants peut se produire au sein de l’hôpital à la naissance. Cela arrive lorsqu’il y a beaucoup de naissance le même jour. Cependant, c’est très rare ;
  • un motif de naturalisation, l’enfant a besoin de prouver sa filiation avec un parent pour justifier sa démarche ;
  • une procédure d’héritage, définir un lien de filiation entre une mère et son enfant, peut être demandé par les autres héritiers.

Le test de maternité : très encadré en France

La réalisation de ce test de maternité se fait librement dans de nombreux pays européens. En France, la procédure est encore très encadrée. Au même titre que les tests de paternité, la demande doit émaner d’un tribunal de grande instance. Le demandeur peut adresser sa requête au tribunal. Le test ne peut se faire qu’après la validation. Les personnes pouvant demander un test de maternité sont les suivantes :

  • les héritiers dans le cadre d’une procédure d’héritage ;
  • l’enfant qui tient à prouver sa filiation avec une mère biologique. Dans ce cas, il ne peut pas dépasser l’âge de 28 ans pour le faire ;
  • un parent lorsque l’enfant qui fait l’objet du test est encore mineur.

Quelles sont les procédures à suivre ?

La législation concernant la réalisation d’un test ADN change d’un pays à un autre. En France, cette démarche est régie par l’article 16-11 du Code civil. Selon cette loi, l’identification des liens génétiques ne peut être faite que pour contester ou établir un lien de filiation. La demande est ordonnée uniquement par le juge. Si vous désirez faire un test de maternité, l’assistance d’un avocat est indispensable afin d’engager la procédure. Si vous prévoyez de faire la démarche à titre privé, cette initiative est considérée comme illégale par le tribunal de grande instance. De plus, si vous comptez utiliser ce test à des fins juridiques, il n’aura aucune valeur en France. La réalisation d’un test hors du cadre juridique est passible d’une amende de 15 000 euros et d’un an de prison. Si l’enfant désire établir un lien maternel, mais la mère présumée refuse, le juge considère ce refus comme un aveu de maternité en France. Par ailleurs, votre demande de test peut être refusée dans les cas suivants :

  • dans le cas d’un inceste absolu, c’est-à-dire entre mère et fils, père et fille ;
  • l’accouchement s’est déroulé en anonymat ;
  • l’enfant est placé en adoption par la mère biologique ;
  • le lien de filiation existe déjà avec une autre personne, cette dernière ne l’a pas niée.

Le déroulement du test

Pour effectuer le test maternité, il faut se rapprocher au préalable d’un laboratoire d’analyses agréé.

Les échantillons demandés

Au même titre que les autres tests génétiques comme le test de paternité, le test ADN de maternité demande des échantillons biologiques. On prélève généralement un échantillon de salive à l’intérieur de la joue. Le prélèvement s’effectue à l’aide d’un tampon buccal. Ce procédé est indolore et ne prend que quelques secondes. Les échantillons prélevés font ensuite l’objet d’une analyse dans un laboratoire. Ce dernier s’appuie sur un système d’identification d’ADN très poussé pour obtenir le résultat.

Un échantillon du père est-il nécessaire ?

La réalisation du test n’a pas forcément besoin des échantillons génétiques du père. Cependant, les laboratoires préconisent de fournir cet élément afin d’obtenir davantage de précision. La présence de l’échantillon du père biologique de l’enfant permet de dissocier son héritage génétique. Les experts peuvent alors identifier facilement les gènes hérités de la mère. Certains laboratoires vous envoient un kit de prélèvement à domicile si vous en faites la commande en ligne. Cela vous évite un déplacement dans leurs locaux.

La fiabilité du test maternité

Un test ADN de maternité présente un taux de fiabilité pouvant atteindre les 100 %. C’est le cas notamment lorsque le test est négatif. Si le test s’avère positif, la fiabilité tourne autour de 99,999 99 %. Cette fiabilité s’explique par le fait que l’être humain hérite à 50 % des gènes de leur mère et 50 % de leur père. Le test consiste à comparer les ADN des personnes concernées, à savoir l’enfant et la mère. Si le test concorde, l’enfant devrait porter un minimum de 50 % de l’héritage génétique de sa génitrice biologique. La fiabilité de cette relation biologique s’élève à 99,99 %.

Un résultat rapide de votre test

L’époque où il fallait patienter des semaines pour obtenir les résultats d’un test génétique est révolue. Actuellement, vous obtenez les résultats d’un test de maternité rapidement. De plus, ils sont d’une précision incontestable. Face à la multiplication des laboratoires qui proposent ce type de service en ligne, les prix des tests deviennent plus compétitifs. Le frottis buccal suffit à faire un prélèvement indolore. Même si vous sollicitez un test en ligne, la confidentialité de votre demande est respectée au même titre que les résultats.

Comment lire les résultats ?

Contrairement à un test de grossesse où les femmes enceintes peuvent lire le résultat promptement, le résultat d’un test de maternité se présente sous forme d’un tableau. Il renseigne les éléments suivants :

  • une colonne correspond à un participant, le tableau contient au moins deux colonnes, à savoir l’enfant et la mère ;
  • une ligne correspond à un gène comparé ;
  • la composition du gène s’exprime en chiffres.

Pour que le test concorde, l’enfant doit avoir au moins un chiffre commun avec la mère sur la même ligne. Une correspondance parfaite sur chaque ligne révèle que le résultat est concluant. Dans le cas contraire, le résultat est négatif.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page