Bien-être

YJ l’a essayé : 30 jours de méditation guidée du sommeil

La méditation n’est pas négociable quand il s’agit de ma routine quotidienne.

La plupart du temps, ma pratique de méditation consiste à faire glisser mon coussin de méditation Sugarmat sous le canapé de mon salon dans le petit espace au sol que j’ai dans mon petit appartement de New York. À partir de là, je sors mon téléphone intelligent, lance l’application Calm et écoute le #dailycalm – une méditation guidée de 10 minutes dirigée par ma Tamara Levitt. Alors que la méditation guidée que j’écoute change tous les jours, je peux toujours compter apprendre quelque chose de nouveau et trouver mon centre en 10 minutes chrono. Les jours où j’ai plus de temps, je vais au MNDFL, un studio de méditation à Manhattan et Brooklyn, pour une séance plus longue.

J’utilise l’application Calm depuis plus d’un an et j’ai trouvé qu’il est réaliste de me tenir responsable de méditer 10 minutes par jour. Mieux encore, cela a eu un impact notable sur ma vie. Je suis, eh bien, plus calme. Je me sens plus ancré. Je suis moins susceptible de réagir à des choses comme un New-Yorkais insistant ou un métro en retard.

Ainsi, même si je ne suis pas quelqu’un qui a du mal à s’endormir, je remarque que même après 7 à 8 heures de sommeil, la fatigue me frappe tout au long de la journée. Je répondrai aux e-mails en essayant de lutter contre l’envie de me recroqueviller pour une sieste de 20 minutes. (Je travaille à domicile la plupart du temps, donc c’est particulièrement tentant.) Ou, je devrai faire quelque chose pour un coup d’énergie rapide – battre une pinte d’eau ou danser dans mon salon – après une longue journée de travail et avant j’enseigne le yoga le soir. Ma qualité de sommeil pourrait-elle faire défaut ? Et la méditation du sommeil pourrait-elle aider ?

Pour répondre à ces questions, je me suis fixé comme objectif d’essayer 30 jours de méditation guidée du sommeil chaque soir avant de me coucher. Divulgation: Il y a eu quelques nuits où j’ai abandonné mes méditations au coucher parce que, eh bien, la vie. Mais après au moins 25 jours de méditation du sommeil, j’ai beaucoup à dire sur la pratique.

Méditation pour dormir : que se passe-t-il dans les histoires de sommeil calme ?

J’ai commencé mon aventure de méditation sur le sommeil d’un mois en utilisant l’application Calm, qui a une fonctionnalité appelée « Sleep Stories ». Essentiellement, c’est une bibliothèque remplie de contes apaisants pour adultes, racontés par les voix les plus rêveuses (pensez à Matthew McConaughey, Leona Lewis, Stephen Fry et à la propre de Calm, Tamara Levitt).

«Nous intégrons des éléments de pleine conscience dans les histoires de sommeil de manière très délibérée, donnant aux histoires une qualité ancrée et apaisante», explique Christian Slomka, responsable de la communauté de Calm et instructeur de yoga et de médiation. « Au lieu d’une accumulation élaborée, les histoires de sommeil sont un déroulement progressif. »

Il y a trois éléments principaux dans les histoires de sommeil de Calm :

1. Trouver une ancre
Slomka dit que les histoires de sommeil visent à aider les auditeurs à concentrer leur attention sur une ancre – généralement la respiration – pour calmer l’esprit et aider à éloigner l’auditeur des pensées hyperactives. Alors que le personnage de l’histoire voyage tout au long de son voyage, elle est complètement immergée dans le moment présent. L’idée est que l’auditeur vivra cette immersion en même temps que le personnage de l’histoire du sommeil.

2. Pratiquer des techniques de conscience corporelle et de relaxation
Un autre élément de pleine conscience sur lequel les histoires de sommeil touchent est la conscience du corps et la relaxation. Lorsqu’une histoire commence, le narrateur guide l’auditeur à travers un bref exercice d’analyse corporelle pour aider à apaiser l’esprit et détendre le corps. Tout au long de l’histoire, le personnage parcourt également ses sensations, et l’espoir est que l’auditeur fasse de même.

3. Conscience sensorielle
La façon dont les scènes de chaque histoire de sommeil sont décrites cultive un sens de la conscience sensorielle. La pleine conscience implique de percevoir des moments ordinaires avec curiosité, un esprit de débutant et un sentiment d’émerveillement, explique Slomka. Une façon d’en faire l’expérience est d’entrer en contact avec la nature. L’idée est d’observer la beauté de la nature dans tous ses détails exquis : les couleurs d’une fleur, les mouvements d’un oiseau, les sons d’une rivière, les odeurs d’une forêt. Cette observation attentive maintient l’auditeur dans la conscience du moment présent.

Semaine 1 de Méditation pour le Sommeil : Est-ce que je fais ça « bien » ?

Imaginez la quintessence de l’agitation new-yorkaise, puis imaginez-moi dedans.

Je me réveille à 5 heures du matin régulièrement, j’enseigne le yoga le matin, je m’entraîne, je travaille toute une journée de travail et parfois même j’enseigne à nouveau le yoga le soir. Donc, tu ferais mieux de croire que quand ma tête touche l’oreiller la nuit, je suis comme une lumière. Lorsque j’ai commencé ce défi, j’ai décidé de faire un effort conscient non seulement pour essayer de me coucher tôt, mais aussi pour commencer à me détendre avant de sauter sous les couvertures (c’est-à-dire ne pas faire défiler Instagram ou regarder Netflix avant de se coucher). Ça fait rêver, non ?

La première semaine de ma méditation du sommeil a été extrêmement frustrante. C’est peut-être parce que je suis impatient et que je n’ai pas remarqué de différence après quelques jours. Ou peut-être est-ce parce que ce défi de méditation du sommeil ressemblait à une autre tâche sur ma longue liste de choses à faire au début. De plus, je m’endormais dans les 5 premières minutes de chaque histoire de sommeil de 25 minutes, ce qui, avec le recul, était un bon signe. Mais pendant les premiers jours, j’étais ennuyé de mon incapacité à rester éveillé et à écouter davantage l’histoire.

Mais vers le cinquième jour, j’ai découvert que les histoires de sommeil de Calm étaient conçues pour imiter le genre d’histoires que la plupart d’entre nous vivions quand nous étions enfants, ce qui signifie que leur but était de m’endormir dans un sommeil profond et réparateur…ne pas me garde éveillé, sur le bord de mon siège.

À la fin de ma première semaine de méditation sur le sommeil, j’ai cessé de me juger pour savoir si je le faisais « correctement » ou non et je me suis plutôt concentré sur la gratitude que j’avais de pouvoir m’endormir.

Semaine 2 de la méditation du sommeil : Développer l’intention et la conscience autour du sommeil

Après la première semaine, incorporer la méditation du sommeil dans ma routine nocturne est devenu une seconde nature. Je montais dans mon lit, ignorais tous les SMS persistants, mettais mon téléphone en mode veille et activais mon histoire de sommeil. À partir du moment où chaque histoire de sommeil a commencé, mon esprit a commencé à bouger avec l’histoire. Cependant, mon scepticisme persistait. Cette nouvelle pratique était-elle vraiment améliorer la qualité de mon sommeil – ou me serais-je endormi aussi facilement sans la méditation guidée ?

Ce n’est que lorsque j’ai passé une journée sans l’histoire du sommeil que j’ai réalisé à quel point cela avait un impact sur moi. La nuit n ° 12, j’ai sauté mon histoire de sommeil et je me suis réveillé toutes les heures, à l’heure.

Que ce soit l’intention de m’installer pour dormir ou quelque chose à propos de ces méditations sur le sommeil qui améliorait la qualité de mon sommeil, j’ai réalisé que si je voulais bien dormir, je devrais faire un effort pour le faire – pas seulement laisser mon la tête a heurté l’oreiller.

Semaine 3 de la méditation du sommeil : Appréciation

Le jour 16, mon appréciation pour la méditation du sommeil a atteint un niveau record. Quelques minutes après mon histoire de sommeil, j’ai remarqué que mon attention s’était déplacée sans effort de ce qui s’était passé ce jour-là et de ce que je devais faire le lendemain vers l’histoire. C’était presque comme si la personne qui dirigeait l’histoire du sommeil m’avait donné la permission dont j’avais besoin pour abandonner la journée et laisser mon esprit et mon corps s’endormir, instantanément. J’ai commencé à attendre avec impatience mes méditations sur le sommeil – un signe que tout méditant chevronné vous dira en est un qui signifie que votre nouvelle habitude de méditation restera probablement.

Semaine 4 de la méditation du sommeil : l’absence rend le cœur plus affectueux

La dernière semaine de mon défi de méditation sur le sommeil de 30 jours a été remplie de voyages, de folies de vacances et d’une normalité pratiquement nulle en ce qui concerne mon sommeil. C’est pourquoi j’ai passé quelques jours sans histoires de sommeil chaque nuit.

Le résultat? Après 7 heures typiques de sieste, je me suis réveillé fatigué et paresseux – pas bien reposé, comme je l’avais été après m’être endormi pendant ma méditation sur le sommeil. C’est à ce moment-là que cela m’a frappé : tout comme ma pratique quotidienne de la méditation me permet de rester énergique et concentré pendant la journée, la qualité de mon sommeil est déterminée par ce qui se passe juste avant que je m’endorme.

Ma plus grande réalisation à la fin de ce défi d’un mois est que, que vous ayez du mal à vous endormir ou à rester endormi, la façon dont vous vous préparez pour le sommeil est essentielle.

Grâce à la méditation du sommeil, j’ai vu un changement radical dans mes habitudes de sommeil. Même lorsque je n’écoute pas une histoire de sommeil pour m’aider à m’endormir, je suis beaucoup plus conscient de la façon dont je me prépare pour m’endormir. Et pour les nuits où j’ai l’impression d’avoir besoin d’un peu d’aide, je sais qu’un doux conte lu par Matthew McConaughey est à portée de clic.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page