Bien-être

Points d’entrée : explorez différents styles de méditation

Trouver la bonne technique de concentration pour votre pratique de la méditation signifie ouvrir autant de portes que possible.

Dans mes premières années de méditation, j’ai perdu d’innombrables heures à me demander quelle technique utiliser. Les enseignants de ma lignée proposaient plusieurs méthodes de base : répéter un mantra, se concentrer sur l’espace entre les respirations, être témoin des pensées. Mais un des premiers mentors m’avait dit de choisir une technique et de m’y tenir, et j’ai pensé que si je devais choisir une pratique, il valait mieux que ce soit la bonne. Alors je me suis inquiété. Je me demandais quel mantra utiliser, si je devais méditer sur le Témoin – la conscience observatrice qui reste toujours présente à travers toutes les fluctuations de nos humeurs et de nos états mentaux – ou suivre ma respiration. Je m’inquiétais du moment où il était permis de laisser la technique derrière moi et de se détendre. Ce n’est que lorsque j’ai cessé de transformer des techniques en icônes que j’ai commencé à découvrir à quel point il peut être libérateur de travailler avec différentes pratiques à différents moments.

Nous utilisons des techniques de méditation pour une raison très simple : la plupart d’entre nous, du moins lorsque nous commençons la méditation, avons besoin d’un soutien pour l’esprit. Une technique fournit un endroit où l’esprit peut se reposer pendant qu’il se réinstalle dans sa nature essentielle. C’est tout ce que c’est vraiment, une sorte de coussin. Aucune technique n’est une fin en soi, et peu importe celle que les gens utilisent, elle finira par se dissoudre lorsque leur méditation s’approfondira.

J’aime penser aux méthodes de méditation comme des portails, des points d’entrée dans l’espace qui sous-tend l’esprit. L’espace intérieur est toujours là, avec sa clarté, son amour et sa bonté innée. C’est comme le ciel qui apparaît soudainement au-dessus de nos têtes lorsque nous sortons de la cuisine après une matinée agitée et que nous jetons un coup d’œil vers le haut. Le Soi, comme le ciel, est toujours présent mais caché par le plafond et les murs de notre esprit. En s’approchant du Soi, il est utile d’avoir une porte que nous pouvons traverser confortablement, plutôt que d’avoir à percer le mur de pensées qui nous sépare de notre espace intérieur.

Sensibilisez à vos réponses

La plupart d’entre nous savent déjà quels modes de méditation sont les plus naturels. Certaines personnes ont naturellement un penchant pour la vision et réagissent bien aux pratiques qui fonctionnent avec des « visions » intérieures. D’autres sont plus kinesthésiques, sensibles aux sensations d’énergie. Il y a des personnes auditives, dont le monde intérieur s’ouvre en réponse au son, et des personnes dont la pratique est déclenchée par une idée ou un sentiment.

Une fois que nous prenons conscience de la façon dont nous réagissons aux différents modes de perception, nous pouvons souvent ajuster une pratique pour qu’elle fonctionne pour nous. Quelqu’un qui a du mal à visualiser peut travailler avec une image en la « ressentant » comme une énergie ou comme une sensation intérieure, plutôt qu’en essayant de la voir comme un objet. Une personne très visuelle peut s’ennuyer avec la répétition du mantra lorsqu’elle se concentre sur le son des syllabes, mais ressentir l’impact du mantra si elle visualise les lettres sur son écran intérieur. Une personne peut éprouver un grand amour en répétant un mantra avec un sentiment de dévotion, tandis que la méditation d’un ami ne démarre qu’une fois qu’il lâche tous les accessoires et médite sur la pure Conscience. Chaque personne doit trouver sa propre voie.

Peut-être que la chose la plus importante à retenir à propos de toute pratique est de continuer à rechercher son essence subtile. Chaque technique a sa propre sensation unique, ce qui crée un espace énergétique à l’intérieur. Par exemple, lors de la répétition d’un mantra avec la respiration, une personne peut ressentir une sensation de prana (force vitale) se déplaçant entre la gorge et le cœur, ainsi qu’une sensation subtile d’expansion ou de pulsation dans l’espace cardiaque lorsque les syllabes du mantra  » frappez-le. En se concentrant sur l’espace entre les respirations, on pourrait commencer à sentir le souffle entrer et sortir du cœur et remarquer une expansion subtile de l’espace cardiaque. On peut remarquer que certaines parties du corps interne sont activées par une pratique particulière ; l’espace entre les sourcils, par exemple, pourrait commencer à palpiter quand on y imagine une flamme. Suivre le rythme de la respiration peut rendre une personne particulièrement consciente des courants d’énergie qui traversent le corps.

Cette sensation énergétique, ou sentiment-sens, est l’effet subtil de la méthode et sa véritable essence. C’est le sentiment qu’une technique crée – plutôt que la technique elle-même – qui ouvre la porte du Soi. Pour cette raison, un moyen efficace d’approfondir la méditation est de garder sa conscience en mouvement « dans » l’espace de sensation créé par la pratique : dans la sensation créée par le mantra lorsque ses syllabes tombent dans la conscience, dans la sensation de souffle pendant qu’il fait une pause entre l’inspiration et l’expiration, ou dans la vivacité de l’objet visualisé.

Libérez-vous dans votre être subtil

En faisant cela, nous nous libérons automatiquement dans un niveau plus subtil de notre être. Cette libération se fera plus facilement si nous pouvons nous permettre de renoncer à tout sentiment de séparation avec la technique. Presque toujours, lorsque les gens ont des difficultés à approfondir la méditation, c’est parce qu’ils gardent une sorte de séparation entre eux et leur méthode et entre eux et le but. L’antidote pour presque tous les problèmes qui se posent dans la méditation est de se rappeler que le méditant, la technique de méditation et le but de la méditation ne font qu’un : que dans le champ intérieur de la Conscience, tout est simplement la Conscience elle-même.

Une autre raison d’expérimenter des techniques est d’éviter d’être coincé dans une méthode particulière. Certaines personnes peuvent prendre une seule technique et la continuer toute leur vie, en allant de plus en plus profondément. D’autres, cependant, trouvent que la pratique originale qu’ils ont apprise cesse d’être efficace après un certain temps. Certaines personnes s’en tiennent à une pratique qu’elles ont apprise il y a des années, même si cela ne les aide plus à aller plus loin. Après un certain temps, lorsque la pratique ne semble pas fonctionner pour eux, ils en viennent à sentir qu’ils ne sont pas de bons méditants, ou que la méditation est tout simplement trop difficile ou ennuyeuse, ou même qu’elle vient si facilement qu’ils manquent un sentiment de croissance. Souvent, leur seul problème est d’essayer d’entrer en méditation par la mauvaise porte ou par une porte qui s’ouvrait autrefois facilement mais qui est maintenant raide sur ses gonds.

En fin de compte, aucune pratique de méditation ne fonctionnera à moins que vous n’aimiez le faire. Ce morceau de sagesse vient d’une autorité aussi importante que le Yoga Sutra de Patanjali, un texte si fondamental que chaque tradition yogique en Inde en fait la base de la pratique de la méditation. Après avoir énuméré une série de pratiques pour focaliser l’esprit, Patanjali a terminé son chapitre sur la concentration en disant : « Concentrez-vous là où l’esprit trouve satisfaction. Comment les méditants savent-ils que l’esprit trouve satisfaction dans une technique ? Tout d’abord, ils doivent en profiter et pouvoir s’y détendre. Cela devrait leur donner un sentiment de paix. Une fois qu’ils s’y sont familiarisés, la pratique devrait leur sembler naturelle. S’ils doivent travailler trop dur, cela peut être un signe que c’est une mauvaise pratique.

Les méditants qui ont reçu des pratiques par le biais d’une lignée d’enseignants éclairés trouvent généralement que ces pratiques sont particulièrement puissantes, imprégnées d’une énergie qui donne des résultats relativement rapides lorsqu’ils travaillent avec eux. Ceux qui n’ont pas d’enseignant de lignée trouvent que les sages de la méditation nous ont offert d’innombrables techniques – telles que des mantras, des visualisations, des pratiques de prise de conscience – qui s’ouvrent sur le Soi au fur et à mesure qu’on les explore.

Soyez confortable avec une pratique particulière

Je suggère de passer du temps à expérimenter une pratique particulière; travaillez avec lui assez longtemps pour avoir une idée de ses subtilités et voir comment il affecte la méditation au fil du temps. Lorsque nous comprenons clairement qu’une technique n’est pas une fin en soi mais simplement la porte vers la plus grande Conscience, nous pouvons commencer à sentir quelle porte s’ouvrira le plus facilement à un moment donné. Certaines techniques dynamisent tandis que d’autres allument l’amour ou aident à calmer un esprit agité.

Bien sûr, nous ne voulons pas devenir des accros de la technique, passer d’une méthode à l’autre et ne jamais approfondir une seule méthode. Cependant, jouer avec différentes pratiques nous aide à nous connaître et à découvrir ce qui fonctionne le mieux. La route de chacun est unique et, en fin de compte, personne d’autre ne peut dire à une personne ce dont elle a besoin. C’est pourquoi il n’y a pas de règles sur la « meilleure » façon de méditer, si ce n’est qu’une pratique doit apaiser l’agitation de l’esprit et faciliter l’entrée dans le silence intérieur. Cela ne se découvre que par la pratique.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page