Yoga

Apprenez à connaître les 8 membres du yoga

Dans le Yoga Sutra de Patanjali, l’octuple chemin est appelé ashtangaqui signifie littéralement « huit membres » (ashta=huit, anga=membre). Ces huit étapes, communément appelées les 8 membres du yoga, agissent essentiellement comme des lignes directrices sur la façon de vivre une vie significative et utile. Ils servent de prescription pour une conduite morale et éthique et l’autodiscipline; ils dirigent l’attention vers sa santé; et ils nous aident à reconnaître les aspects spirituels de notre nature.

Quels sont les 8 membres du yoga ?

1. Yama

Le premier des 8 membres du yoga, yama, traite de ses normes éthiques et de son sens de l’intégrité, en se concentrant sur notre comportement et la façon dont nous nous conduisons dans la vie. Les yamas sont des pratiques universelles qui se rapportent le mieux à ce que nous appelons la règle d’or, « Faites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent ».

Les cinq yamas sont :

Ahimsa: La non-violence

Astéya: sans vol

Brahmacharya: incontinence

Aparigraha: non convoitise

2. Niyama

Niyama, la deuxième branche, a à voir avec l’autodiscipline et les observances spirituelles. Assister régulièrement aux services du temple ou de l’église, dire grâce avant les repas, développer vos propres pratiques de méditation personnelles ou prendre l’habitude de faire des promenades contemplatives seul sont tous des exemples de niyamas en pratique.

Les cinq niyamas sont :

Sacha : propreté

Samtosa : contentement

Tapas : Chauffer; les austérités spirituelles

Svadhyaya : étude des écritures sacrées et de soi-même

Ishvara pranidhana : s’abandonner à Dieu

Voir également: 5 façons de mettre les Niyamas en pratique dès maintenant

3. Asanas

Asanas, les postures pratiquées en yoga, constituent le troisième des 8 membres du yoga. Dans la vision yogique, le corps est un temple de l’esprit, dont le soin est une étape importante de notre croissance spirituelle. Grâce à la pratique des asanas, nous développons l’habitude de la discipline et la capacité de concentration, toutes deux nécessaires à la méditation.

4. Pranayama

Généralement traduite par « contrôle de la respiration », cette quatrième étape consiste en des techniques conçues pour acquérir la maîtrise du processus respiratoire tout en reconnaissant le lien entre la respiration, l’esprit et les émotions. Comme l’implique la traduction littérale de pranayama, « extension de la force vitale », les yogis croient qu’elle rajeunit non seulement le corps, mais prolonge en fait la vie elle-même. Vous pouvez pratiquer le pranayama en tant que technique isolée (c’est-à-dire simplement vous asseoir et effectuer un certain nombre d’exercices de respiration) ou l’intégrer à votre routine quotidienne de hatha yoga.

Ces quatre premières étapes de l’ashtanga yoga de Patanjali se concentrent sur l’affinement de nos personnalités, la maîtrise du corps et le développement d’une conscience énergétique de nous-mêmes, tout cela nous prépare pour la seconde moitié de ce voyage, qui traite des sens, de l’esprit, et atteindre un état de conscience supérieur.

5. Pratyahara

6. Dharana

Au fur et à mesure que chaque étape nous prépare pour la suivante, la pratique du pratyahara crée le cadre pour dharana, ou concentration. Après nous être débarrassés des distractions extérieures, nous pouvons maintenant nous occuper des distractions de l’esprit lui-même. Pas de tâche facile ! Dans la pratique de la concentration, qui précède la méditation, nous apprenons à ralentir le processus de réflexion en nous concentrant sur un seul objet mental : un centre énergétique spécifique dans le corps, l’image d’une divinité ou la répétition silencieuse d’un son. Bien sûr, nous avons déjà commencé à développer nos pouvoirs de concentration dans les trois étapes précédentes de la posture, du contrôle de la respiration et du retrait des sens.

Dans les asanas et le pranayama, même si nous prêtons attention à nos actions, notre attention voyage. Notre objectif change constamment à mesure que nous affinons les nombreuses nuances d’une posture ou d’une technique de respiration particulière. Dans pratyahara, nous devenons auto-observateurs ; maintenant, dans la dharana, nous concentrons notre attention sur un seul point. De longues périodes de concentration conduisent naturellement à la méditation.

7. Dhyâna

La méditation ou la contemplation, la septième étape de l’ashtanga, est le flux ininterrompu de concentration. Bien que la concentration (dharana) et la méditation (dhyâna) peuvent sembler être une seule et même chose, il existe une fine ligne de démarcation entre ces deux étapes. Là où dharana pratique l’attention en un seul point, dhyana est finalement un état d’être pleinement conscient sans concentration. À ce stade, l’esprit a été apaisé et, dans l’immobilité, il produit peu ou pas de pensées du tout. La force et l’endurance nécessaires pour atteindre cet état d’immobilité sont assez impressionnantes. Mais n’abandonnez pas. Bien que cela puisse sembler une tâche difficile, voire impossible, rappelez-vous que le yoga est un processus. Même si nous n’atteignons pas la pose « image parfaite », ou l’état de conscience idéal, nous bénéficions à chaque étape de notre progression.

8. Samâdhi

Patanjali décrit cette huitième et dernière étape de l’ashtanga, samadhi, comme un état d’extase. À ce stade, le méditant fusionne avec son point de focalisation et transcende complètement le Soi. Le méditant en vient à réaliser un lien profond avec le Divin, une interconnexion avec tous les êtres vivants. Avec cette prise de conscience vient la « paix qui surpasse toute compréhension » ; l’expérience du bonheur et de ne faire qu’un avec l’Univers. À première vue, cela peut sembler être un objectif plutôt élevé, « plus saint que toi ».

Cependant, si nous nous arrêtons pour examiner ce que nous voulons vraiment retirer de la vie, la joie, l’épanouissement et la liberté ne se retrouveraient-ils pas d’une manière ou d’une autre sur notre liste d’espoirs, de souhaits et de désirs ? Ce que Patanjali a décrit comme l’achèvement de la voie yogique est ce à quoi, au fond, tous les êtres humains aspirent : la paix. Nous pourrions également réfléchir au fait que cette étape ultime du yoga – l’illumination – ne peut être ni achetée ni possédée. Elle ne peut être expérimentée qu’au prix de la dévotion continuelle de l’aspirant.

Articles similaires :

Notez cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page